Ils ont été joueurs de Milan, de la Juve et de l’Inter #1 : Giuseppe Meazza, l’Inter dans la peau ?

Bien que beaucoup l’aient oubliés, Leonardo Bonucci a bien joué pour les trois grands clubs d’Italie. S’il est passé par la Juve, l’AC Milan et est retourné à Turin, nombreux sont ceux qui ne sont pas au courant de son passage à l’Inter. Loin d’être le premier joueur passé par ce parcours, ils sont exactement onze à avoir fait cela. Nous avons décidé de vous proposer une petite série sur cinq grands joueurs qui ont connu ce parcours, bien avant Leonado Bonucci. Aujourd’hui, dans ce premier épisode, nous commençons par Giuseppe Meazza, homme qui a donné son nom à l’actuel stade de l’Inter et de l’AC Milan, également connu sous le nom de San Siro.

meazzachemy

L’entre-deux guerres, apogée de sa carrière à l’Inter

Giuseppe Meazza est né en août 1910 à Milan, et a connu la guerre très jeune. Son père a d’ailleurs perdu la vie en 1917 à cause de celle-ci, laissant seuls derrière lui son fils Giuseppe et sa femme. Lorsque Giuseppe a douze ans, sa mère l’autorise à aller jouer avec des jeunes d’un club de football, le Gloria FC. Immédiatement, il est repéré. Deux ans plus tard, il fait son entrée dans le centre de formation des nerrazzuri, club souffrant de sa comparaison avec la Juventus et l’autre club de Milan. L’AC Milan, d’ailleurs n’a pas voulu de lui à cette époque, jugeant le joueur trop faible physiquement. Grossière erreur… Dès ses 17 ans, grâce au joueur Fulvio Bernadini qui pousse l’entraîneur de l’Inter à superviser le joueur, le jeune Giuseppe fait ses débuts dans l’équipe première. 1m69, 17 ans… les railleries de ses coéquipiers ne tardent pas quand il intègre l’équipe, et ceux-ci le surnomment très vite il Ballila, en référence au nom d’une organisation fasciste dédiée aux jeunes sous Mussolini.

Il répond aux moqueries rapidement, puisque dès son premier match, à 17 ans rappelons-le, Meazza plante un doublé. C’est le début d’une carrière extraordinaire. Lors de la saison 1928-1929, le jeune joueur inscrit 33 buts et a une moyenne de réalisations supérieure à un par match. Lors de cette saison, il marque deux quintuplés et un sextuplé. La saison suivante, en 1929-1930, il emmène le club droit vers le Scudetto, dix ans après le dernier trophée de l’Inter. Il termine meilleur buteur du championnat avec 31 buts, alors âgé de 19 ans. Sa carrière à l’Inter est grandiose : 282 buts en 391 matchs, meilleur buteur du championnat sur trois saisons différentes, trois Scudetti, une Coppa Italia (la première du club). La saison 1937 est notamment marquée par un événement… étrange. A une heure du coup d’envoi d’un match crucial contre la Juve, Meazza est introuvable. Un de ses amis va le chercher dans une maison close et le trouve à dormir à côté d’une fille de joie. Il le réveille en lui hurlant dessus. Meazza se lève et s’habille au pas de course. Il se sent « comme un lion » après une « nuit d’amour torride ». Il marque un doublé lors du match et l’Inter remporte le Scudetto à la fin de l’année.

Finalement, après une grosse blessure qui met fin à a carrière avec la Nazionale (avec laquelle il remporte deux titres de champions du monde et marque 33 buts en 53 matchs), il signe chez l’ennemi en 1940… l’AC Milan.

Giuseppe Meazza, homme à femmes, sous les couleurs de l’Inter

Un passage timide à l’AC Milan et un réveil tardif à la Juve

De 1940 à 1942, Giuseppe Meazza passe deux saisons au sein des rossoneri. Après sa blessure, le joueur est incapable de se relever et de retrouver son véritable niveau. Il joue 15 matchs et inscrit 6 buts la première saison, ne parvenant pas à trouver une place de titulaire définitive à cause de multiples légères blessures. La deuxième saison est similaire, même s’il joue beaucoup plus : 27 matchs sur l’année. Il ne marque malheureusement que 5 buts, étant dans une forme particulièrement déclinante. Il ne remporte aucun titre avec son second club, et son passage y est bien moins marquant qu’à l’Inter. C’est déjà le début de la fin pour le grand joueur de l’Inter qui a perdu son niveau à cause de ses blessures et indisponibilités répétitives. Son passage à la Juventus ne sera pas beaucoup plus marquant, tout juste encourageant.

En 1942, le joueur décide de rejoindre la Vecchia Signora, dernier colosse du football italien. Il n’y jouera qu’un an, et fait une saison honorable chez les bianconeri. Lors de son unique saison à la Juventus, le joueur joue 27 matchs et marque 10 buts, ne remportant aucun titre. Sa saison est en soi correcte, mais pas suffisante pour le faire entrer dans l’histoire du club. Il gardera toujours ce statut de traître dans la tête des tifosi et sera considéré comme un ancien des deux Milan toute la saison, n’attirant pas particulièrement l’amour de ses supporters.

La fin de sa carrière est à l’image de son passage à l’AC Milan et la Juve : fébrile. Il effectue un passage par Varese en 1944,  puis va à l’Atalanta lors de la saison 1945-1946. Il termine sa carrière dans l’anonymat et ne marquera pas les esprits pendant ses derniers moments sur le rectangle vert. Finalement, il termine sa carrière dans sa maison, l’Inter, pour une toute dernière saison. Il en deviendra alors une légende incontestable, ayant fait preuve d’un amour certain aux supporters nerrazzuri.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s