Gattuso grogne-t-il toujours ?

Suite à un derby décevant des rossoneri, « Ringhio » comme on le surnomme est dans la ligne de tir des tifosi du Diavolo. Certains crient à l’erreur de casting de l’ancienne direction qui aurait prolongé précipitamment le coach jusqu’en 2021,  d’autres concentrent leur courroux sur les joueurs. Analyse « pros & cons » comme on dit de l’autre côté de l’Atlantique.

Gattuso est l’homme de la situation

Il faut se rappeler dans quelle situation Rino est arrivé à la tête de l’équipe première. Après un début de saison en dessous des attentes des nouveaux propriétaires chinois, Vincenzo Montella s’était vu débarqué par le tandem Fassone – Mirabelli. Ni une ni deux, l’entraîneur de la Primavera, Gattuso donc, est promu coach d’un groupe en perdition sur le plan mental. Et ce n’est pas fini car pour son premier match en Serie A, l’ancien milieu de terrain défensif verra ses joueurs encaisser un but du gardien de Benevento (jusqu’alors sans point en championnat) dans le temps additionnel. Deux points de perdus et un moral en berne.

Gattuso après le 2-2 sur la pelouse de Benevento « J’aurai préféré prendre un coup de couteau »

Le véritable point de départ de l’aventure milanaise de l’ancienne gloire rossonera est à chercher du côté du derby. Donnarumma blessé, Storari touché à l’échauffement, c’est Antonio Donnarumma (frère de) qui part titulaire. Le ton est donné pour un match déjà à quitte ou double. Noël est passé et au bout de 105 minutes c’est Patrick Cutrone, formé au club, qui offre à tout un peuple une qualification dans le dernier carré de la Coppa.

Après ? En l’espace de 15 matchs à San Siro sur l’année civile en cours, un bilan de 9 victoires, 4 nuls et 2 défaites (en Ligue Europa contre Arsenal et en Serie A face à Benevento, décidément un chat noir). Il faut aussi ajouter à cela le renouveau d’un joueur comme Giacomo Bonaventura qui semble avoir trouvé le juste feeling grâce à son coach comme en témoigne ses 3 buts cette saison mais surtout 11 depuis l’arrivée de l’entraîneur.

bonaventura gattuso

La mentalité qui faisait défaut à cette équipe semble s’améliorer car après 3 matchs nuls consécutifs en Serie A, l’équipe a enchaîné 3 victoires d’affilée dont une face à Sassuolo (la belle équipe du début de saison) ainsi qu’en Ligue Europa contre l’Olympiakos à San Siro avec 3 buts en 10 minutes après avoir été mené au score. Invaincu jusque là dans le derby en tant que coach (une victoire et un match nul), Gattuso a vu ses hommes perdre dimanche dernier non en flanchant mentalement comme souvent par le passé mais par des fautes individuelles bien ciblées, les responsabilités étant partagées entre un mauvais marquage de Musacchio et Abate mais surtout une sortie hasardeuse de Donnarumma.

De plus, on a clairement vu de belles phases de jeu ayant amené des buts comme ceux de Bonaventura et Calabria face au Napoli. L’intention de jouer est claire et noble en souhaitant repartir de l’arrière avec des prises de risque notables. L’importance confiée à un joueur comme Biglia, en qui il a toujours eu confiance, témoigne du projet de jeu prôné par le calabrais. Quand le bloc arrive à jouer haut et serré ce Milan s’est montré solide et sûr de lui. Gattuso semble s’affranchir de l’étiquette du joueur à fort tempérament qui lui colle à la peau.

Assez avec Gattuso

Commettre des erreurs arrive à tout le monde; perdre un match aussi; un derby est fait pour contenir une dose de drame. Mais ce que les tifosi ne pardonnent pas, c’est que tout cela arrive en jouant « petits bras ». Gattuso s’est même vu contesté par ses dirigeants. Dans une società qui s’est longtemps auto-proclamée « club le plus titré au monde », le Derby della Madonnina de dimanche dernier passe de travers. Attendre 80 minutes pour voir un tir cadré des rossoneri ? Impardonnable. Sortir 2 des meilleurs rossoneri ce soir-là et envoyer Cutrone au feu à un poste qui n’est pas le sien ? Incompréhensible. La sanction est venue d’Icardi dans le temps additionnel mais avec plus de réussite elle aurait dû intervenir plus tôt, ce qui entre nous soit dit aurait peut-être été salvateur en forçant Gattuso à se remettre en question.

Voir Higuaín sevré de ballons dans ce 433 fait de la peine. Avec un Suso en forme l’Argentin reçoit des ballons exploitables mais l’espagnol est très stéréotypé dans son jeu et Gattuso ne semble pas vouloir le mettre en concurrence avec Castillejo pourtant un habitué à ce poste. Çalhanoğlu traverse une mauvaise passe hors Gattuso s’entête à l’aligner ailier gauche, un poste qui n’est vraisemblablement pas le sien alors que ses meilleures performances (Roma et Olympiakos) cette saison ont été signé quand il a joué près des attaquants de pointe. Et il y’a le cas Bakayoko.

Rarement bon, souvent mauvais, le milieu de terrain prêté par Chelsea peine à intégrer les préceptes tactiques et paraît emprunté. Pourtant Gattuso l’a fait entrer en jeu face au Napoli et contre l’Inter pour apporter du muscle. Résultat ? 2 défaites. La mayonnaise ne prend pas avec l’ancien monégasque et rappelle que le club a une épée de Damoclès au-dessus de la tête vis-à-vis du fair play financier. Sinon pourquoi être allé chercher le pauvre Tiémoué après une première saison bien difficile à Londres ?

Abordons le jeu maintenant. Oui les rossoneri ont parfois fait plaisir à voir. Mais seulement par intermittences. Le problème est mental selon Gattuso. Mais à quoi bon s’entêter à prendre des risques inconsidérés alors qu’allonger le jeu pourrait éviter des buts idiots comme face à Empoli ou contre le Chievo par exemple ? De plus, les consignes n’ont pas l’air adaptées aux joueurs dont Gattuso dispose. Kessié, Musacchio et Rodriguez notamment ne semblent pas être les plus à même d’appliquer ce type de jeu. Alors pourquoi continuer avec eux au lieu de virer sur un 4231 certainement mieux adapté ? Les retours programmés de Caldara et Conti devraient nous donner des éléments de réponse.

Enfin, un dernier point qui fâche : les changements. Nous l’avons évoqué à travers le prisme Bakayoko, le coaching n’est pas forcément le point fort de Gattuso. Le faible temps de jeu accordé aux recrues Laxalt et Castillejo en témoigne. Pourtant ces deux derniers ont plutôt apporté de bonnes choses sur le terrain, face à la Roma et Sassuolo notamment. Alors pourquoi les tenir à l’écart quand les titulaires déçoivent et que le dispositif n’est pas adapté à la physionomie des rencontres ? Cutrone aussi. Buteur à 3 reprises toutes compétitions confondues, Patrick n’a jamais débuté titulaire. Difficile en même temps avec le Pipita dans l’équipe. Mais pourquoi donc le pousser à l’incompétence en lui demandant d’être ailier face aux nerazzurri ?

Et si Gattuso n’était pas le problème ?

leo rino maldini

Ca ne vous a pas échappé, le Diavolo a changé de propriétaire cet été. Le souci c’est que les dirigeants sous l’ère chinoise ont renouvelé le contrat de Gattuso en avril dernier jusqu’en 2021. Même si Rino a qualifié le Milan en Ligue Europa en revenant de très loin, l’objectif (trop élevé ?) était de retrouver la Ligue des Champions. Préférant offrir une chance sur une saison complète à l’ancienne gloire rossonera, les nouveaux dirigeants ont donc maintenu leur confiance à « Ringhio ». Au prix d’une erreur de casting ? Car des hommes comme Sarri et Conte étaient libres. Mais là encore, on touche certainement aux limites du projet milanais car ces coachs-là (notamment Conte) ne monnayent pas leurs talents en échange de rien.

Pourtant, le Milan n’a pas de temps à perdre et doit retourner en Ligue des Champions le plus vite possible pour éloigner les nuages du FPF via un business plan ambitieux. Alors tant bien que mal Gennaro Gattuso tente de trouver de la continuité dans les résultats, la clé d’un bon parcours en championnat. Qu’on se le dise, l’entraîneur calabrais (sauf catastrophe) est parti pour rester toute la saison sur le banc rossonero. Et ce n’est peut-être pas un mal car un licenciement pourrait faire replonger le Milan dans une spirale infernale qui dure depuis trop longtemps déjà.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s