L’école des champions, Primavera du Chievo 2013-2014 : Braquage à l’italienne

Pour ce cinquième article, nous vous rappelons que depuis 2010, les 2 premiers de chaque groupe étaient directement qualifiés en 1/4, les 2 suivants + les 2 meilleures équipes finissant 5e étaient eux qualifiés en 1/8e). Ensuite les 1/8e se jouaient en aller-retour également et à partir des 1/4 les équipes s’affrontaient en rencontre unique et sur un terrain neutre.

Qui a terminé champion cette année-là ?

La réponse est : le Chievo Verona ! Les jeunes hommes de Paolo Nicolato sont parvenus à gagner le Scudetto pour la première fois de leur histoire en terminant premier de leur groupe devant l’Atalanta, l’Inter et le Milan. Ils sont venus à bout de la Juventus en 1/4 sur le score de 0-1, but d’Isnik Alimi. En 1/2, ils rencontrent la Fiorentina et tiennent le 0-0 jusqu’à la séance de tirs au but, gagnée 6-5. Même chose pour la finale face au Torino, victoire 4-3 dans le même exercice. Un scudetto « da Chievo ».

Où en est l’effectif aujourd’hui, en 2018 ?

Les gardiens 

Les cages étaient défendues par Simone Moschin, aujourd’hui à la Pro Vercelli à qui il a été vendu en 2016. Il a connu un  prêt à la Carrarese puis à Cuneo avant de revenir. L’autre gardien était Grega Sorčan qui est retourné en Slovénie en 2015 au club du ND Gorica, avec lequel il s’est imposé comme un des meilleurs gardiens du pays et un grand espoir pour l’équipe nationale où il sera probablement tout de même bloqué par l’énorme Jan Oblak. Le troisième gardien de ce Chievo était Giuliano Picco qui semble avoir arrêté le football à présent, étant à la recherche d’un club depuis 2015…

moschin.jpg
Simone Moschin ici à droite

Les défenseurs 

Dans ce 5-3-2, les deux pistons étaient Michele Troiani à droite et Abdoulaye Sané à gauche. L’Italien joue aujourd’hui à la Piacenza en Serie C tandis que le Sénégalais porte aujourd’hui le maillot de la Pro Patria, dans la même division. Le trio central était composé de Simone Aldrovandi, Domenico Brunetti et Kevin Magri. Les trois jouent maintenant en Serie D, respectivement à Mantova FC, l’US Palmese et Città di Campobasso.

Filippo Costa joue en Serie A, à la SPAL qu’il a rejoint en 2017. Fabio Depaoli, que vous reconnaissez peut-être, est titulaire au Chievo. Eduardo Ronca porte aujourd’hui le maillot de l’USD Opitergina, en Eccellenza, Michelangelo Bertoldi et Gabriele Zamboni sont tous les deux à l’AC Vigasio, Anthony Rivituso est retourné en Belgique au KFC Eppegem, Petar Zivkov joue à l’Urbs Reggina et Luca Bertoldi joue à l’AC Cuneo.

depaoli.jpg
Fabio Depaoli chez les pros, toujours sous les couleurs du Chievo

Les milieux de terrain 

Le trio du milieu était composé de Malick Mbaye, aujourd’hui actif à Carpi en Serie B, Demetrio Steffè à l’US Triestina et Matteo Messetti, à l’ASD Pastrengo. Seul le Sénégalais a réussi à trouver sa place dans le haut niveau italien et progresse petit à petit. Concernant le reste des milieux de l’effectif : Damian Rasak est retourné en Pologne où il joue pour le Wisla Plock en 1ere division. Idriz Toskic joue à l’AS Bisceglie, Halil Gjoshi à l’Union Feltre et Manuel Puntar à l’ASD Virtus Corno.

Les attaquants 

Enfin concernant les attaquants, le Chievo était privé de ses 2 titulaires Victor Da Silva et Isnik Alimi pour cause de suspension. Le Brésilien, meilleur buteur du championnat et l’Albanais étaient probablement les 2 meilleurs joueurs de l’équipe. Aujourd’hui… Ils jouent en Serie C, à la Fermana et à Rimini. Les 2 joueurs qui se sont chargés de les remplacer sont Lorenzo Marchionni, aujourd’hui au Montegiorgio Calcio en Serie D, et le Français Kevin Yamga, âgé de seulement 16 ans à l’époque qui est aujourd’hui prêté en Ligue 2 à Châteauroux.

yamga.jpg
Kevin Yamga

Patryk Parol joue à l’ASD Villafranca Veronese, Massimiliano Gatto joue à la Pro Vercelli, Gabriele Venturi joue à l’US Bedizzolese et Fabio Padulano joue à l’USD Bitonto.

Cette année fut donc particulière car aucun de ces joueurs ne joue les premiers rôles dans un club compétitif désormais. Pire, le parcours le plus abouti pour l’heure est celle de Depaoli actuellement toujours sous les couleurs du Chievo. Tous connaissent aujourd’hui des carrières anonymes et ce scudetto plus qu’aucun autre ressemble à ce que propose le Chievo depuis quelques années en Serie A : Solidité, peu de scores fleuves et une équipe tenace où les individualités n’ont jamais primées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s