Hernan Crespo et l’Italie, la triste histoire d’amour

Son nom est de ceux que les puristes aiment prononcer dans les discussions, et de ces joueurs dont les nostalgiques aiment à se rappeler le souvenir. Pourtant, s’il fut l’un des plus brillants attaquant de l’histoire du football, doté de toutes les qualités nécessaires pour être immense à ce poste, Hernan Jorge Crespo fait pourtant partie de ce club fermé de joueurs qui n’ont pas gagné autant que leur talent auraient pu le leur permettre. Retour sur les aventures italiennes d’un joueur phénoménal comme le football en a donné de très peu.

Hernan-Crespo-1024x778
Hernan Crespo sous les couleurs de l’Inter

Les débuts en Argentine…

Nous sommes le 5 juillet 1975 à Florida, une banlieue chic de la mégalopole de Buenos Aires, Susana Crespo vient alors de mettre au monde celui qui sera l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du football. Ce petit garçon, en grandissant s’avère mordu de football comme tout Argentin qui se respecte, et après de brillantes classes au collège et au lycée, il fait ses débuts dans les divisions juniors du plus grand club d’Argentine : River Plate. Pétri de talent et d’ambition, il gravi très rapidement les échelons et se trouve titularisé pour la première fois à 18 ans sous les ordres de Daniel Passarella, l’une des grandes légendes du football argentin face à Newell’s Old Boys.

Avec lui, Hernan Crespo s’installe dans le onze titulaire et remporte deux fois le championnat argentin avant de gagner en 1996 la Copa Libertadores, l’équivalent de la Ligue des Champions en Amérique du Sud, au terme d’un grand tournoi durant lequel il inscrira 10 buts dont les deux en finale qui offriront le titre à River Plate. Ces prestations remarquées lui ouvrent les portes de la sélection argentine avec laquelle il dispute les Jeux Olympiques d’Atlanta. Au cours du tournoi, il finit co-meilleur buteur avec 6 buts et envoie son équipe en finale où il s’effondre malheureusement face au Nigéria, mais repart avec une médaille d’argent et une solide réputation de crack. Le nom de Crespo est désormais connu de tous et sur les lèvres de tous les recruteurs, sa carrière est lancée.

L’arrivée en Italie

crespo.jpg

Après trois brillantes saisons en Argentine, il est l’heure pour Crespo de grandir en rejoignant l’Europe, c’est-à-dire, l’élite du football. Son nom est partout, et beaucoup le voient dans les plus grands clubs d’Europe. Finalement, le buteur argentin pose ses bagages à Parme. Le club est alors sous le contrôle de la société Parmalat à travers son homme de main, le volubile Calisto Tanzi, bien décidé à faire du Parma un grand club européen. Au sein de l’équipe d’Emilie-Romagne, Crespo rejoint le tout jeune entraîneur Carlo Ancelotti, et des joueurs comme Gianluigi Buffon, Juan Sébastian Veron son compatriote, Lilian Thuram, Fabio Cannavaro ou Enrico Chiesa. Au cours de sa première saison, il forme avec Enrico Chiesa un duo extraordinaire qui éblouit la Serie A.

Il inscrit alors 12 buts en 27 matchs, et termine à la seconde place du classement, ce qui lui fait découvrir la Ligue des Champions l’année suivante. Mais comme pour la Coupe de l’UEFA la saison passée, le Parma de Crespo ne parvient pas à passer le premier tour de la compétition, et continue alors sa progression en inscrivant 14 buts et finissant à la quatrième place au classement significative de qualification pour la coupe UEFA la saison d’après et glanant une Coupe d’Italie. Au cours de cette fameuse saison 1998-1999, Hernan Crespo explose définitivement ! Avec Parme, il inscrit 28 buts en 45 matchs et remporte la Coupe d’Italie, et la Coupe de l’UEFA puis la Supercoupe d’Italie, Hernan Crespo est alors l’un des meilleurs joueurs d’Italie, ce qu’il confirme l’année suivante en inscrivant 26 buts, mais  il ne parvient toujours pas à s’affirmer en Ligue des Champions ni à remporter la Serie A. Parme est alors devenu trop petite pour ce flamboyant attaquant…

Le joueur le plus cher du monde

110 milliards de lires, soit 56 millions d’euros. C’est la somme que débourse la Lazio en juillet 2000 pour s’attacher les services de Hernan Crespo. L’Argentin devient alors le joueur le plus cher de l’histoire de son sport, et tous les projecteurs sont braqués sur lui. L’attaquant n’en a cure et après une Supercoupe d’Italie remportée durant l’été, il confirme très largement sa réputation de buteur prolifique en obtenant le titre de meilleur buteur du championnat avec 26 buts inscrits dès sa première saison, Crespo est alors un des meilleurs joueurs du monde. Mais ça ne suffit pas, tout en restant une équipe de premier plan, la Lazio perd son titre de champion d’Italie au profit du frère ennemi, l’AS Rome, et se trouve éliminée dès le deuxième tour de la Ligue de Champions.

La saison qui suit est beaucoup plus compliquée, la gestion catastrophique du président de la Lazio : Sergio Cragnotti, plonge le club dans une faillite noire, le club, ruiné, fait une saison blanche et à la fin de la saison est contraint de liquider ses meilleurs joueurs. Malgré cela, et des blessures à répétition, Crespo trouve le moyen d’inscrire 20 buts au cours de cette saison. Son rêve européen se heurte encore une fois au contexte, la Lazio n’ayant plus les moyens de le garder, se résigne à le vendre à l’Internazionale alors en pleine reconstruction.

L’Inter, ou l’histoire d’amour ratée…

Eté 2002, l’attaquant brésilien Ronaldo vient de quitter l’Inter pour le Real Madrid. 36 millions d’euros plus tard, c’est Hernan Crespo, qui est engagé pour le remplacer. Tous pensent alors que l’Argentin n’aura aucun mal à faire oublier son immense prédécesseur qui vient alors de s’offrir une Coupe du Monde avec la Seleçao. En effet, dans un premier temps, Crespo confirme ces dires et exprime son gargantuesque talent en inscrivant 16 buts en 30 matchs de septembre à janvier. Il devient alors l’idole des tifosi ainsi qu’une attraction chez tous les observateurs de Serie A et beaucoup pensent alors que l’Inter sera l’équipe qui lui offrira enfin les titres à la hauteur de son génie.

Mais malheur pour lui, le 12 janvier 2003 contre Modène, une lourde blessure fracasse sa cheville droite et sa saison, l’obligeant à rester de longs mois en dehors des terrains. Son histoire d’amour naissante avec les nerrazurri est terminée ; en effet, la blessure le fragilise, et il remettra un an avant de retrouver une pelouse. Les dirigeants interiste n’ayant plus grande confiance dans ses capacités physiques décident alors de s’en séparer sans remords, et à l’été 2003, après seulement un seul match joué, Crespo s’envole pour Londres dans le Chelsea d’Abramovicth sans avoir pu exprimer toutes ses potentialités avec les Blues.

L’année milanaise manquée

crespo2.jpg

Après une belle saison à Chelsea sous les ordres de Claudio Ranieri, l’histoire entre Crespo et les Blues, qui avait pourtant bien commencée, tourne au vinaigre, en effet, sa relation avec José Mourinho fraîchement nommé entraîneur du club londonien n’est pas au beau fixe, le Portugais lui préférant Didier Drogba. Refusant de faire banquette, il retourne alors une première fois en Italie  du côté de l’AC Milan dans le cadre d’un prêt durant l’été 2004 à la veille de la saison 2004-2005. Durant cette saison éblouissante, il remporte tout d’abord une Supercoupe d’Italie, puis inscrit 16 buts en 38 matchs, son association avec Andriy Shevchenko fait des ravages. Auteur d’une saison pleine où lui et ses coéquipiers milanais ne quittent jamais les deux premières places de Serie A, et en Ligue des Champions, il se hisse en finale en étrillant Manchester United, le frère interiste (match qui sera l’occasion des retrouvailles entre Crespo et son histoire d’amour ratée) et le PSV Eindhoven.

Tout le monde pense alors qu’il va enfin remporter les deux titres qui lui manquent titre, mais le Scudetto (championnat d’Italie) lui échappe encore une fois, et ce, cruellement à quatre journées de la fin. En Ligue des Champions, Hernan Crespo est de cette équipe de Milan victime du retournement de match le plus spectaculaire de l’histoire de la compétition. En effet, alors que les milanais mènent par 3 buts à zéro, Liverpool, son adversaire du soir remonte au score avant de punir l’équipe de Carlo Ancelotti aux tirs aux buts. Crespo qui marque alors 2 buts ce soir est encore une fois victime du destin, lui qui a maintenant 28 ans, n’a toujours pas remporté le championnat italien, ni la précieuse Ligue des Champions qui lui file définitivement entre les doigts ce soir-là.

Le retour dans la maison nerazzurra et la fin dans l’anonymat

Malgré une tentative de relance de Mourinho, la relation entre les deux hommes ne s’est pas améliorée. Notre attaquant retourne donc définitivement en Italie durant l’été 2006. Hernan Crespo a alors 31 ans, et s’engage à l’Inter dans le cadre d’un prêt de deux saisons. Sa première année est alors prolifique, il démontre ainsi qu’il n’a rien perdu de sa superbe malgré son âge avec 20 buts en 40 matchs, ce qui lui permet d’ enfin remporter ce premier Scudetto qu’il attendait tant. La suite de son aventure est plus compliquée, son âge et la concurrence avec le surpuissant Zlatan Ibrahimovic le contraignent à un rôle de joker de luxe dont il se satisfait dans un premier temps comme en témoigne, en 2008, son refus de signer au Real Madrid qui cherche alors un remplaçant à Ruud Van Nistelrooy blessé, avant de quitter la navire interiste une bonne fois pour toute face à un temps de jeu s’amenuisant de plus en plus. Après, trois saisons, trois Scudetti, une Supercoupe et 29 buts en 93 matchs, Crespo rejoint le Genoa où il ne reste que six mois avant de finir sa carrière italienne à Parme, là où tout avait commencé. Là où lors de son arrivée en Europe, il s’était dit qu’il conquerrait l’Italie et le monde…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s