Frosinone, zéro pointé ?

Après trois journées de Serie A, deux clubs sont très en retard sur les autres. Le premier : le Chievo. Dernier du classement à cause d’une pénalité de trois points leur ayant été infligée, le club a fait deux matchs nuls et perdu trois matchs. Bologna a pris un peu d’avance grâce à une victoire contre la Roma 2-0 ce week-end. Reste donc un club qui vient d’être promu, qui affiche un match nul pour quatre défaites et aucun but marqué. Nous nous intéresserons à ce club que nous pourrions appeler « le petit poucet de Serie A » : Frosinone.

Un peu d’histoire

Frosinone a eu une histoire assez mouvementée, pleine de rebondissements… et de faillites. Le club est fondé le 19 septembre 1929, mais a subi trois faillites. Il est refondé en 1959 après une première, en 1963 après une deuxième, puis en 1990 à la suite d’une troisième. Le nom du club change de nombreuses fois, avant de trouver en 1991 le nom de Frosinone Calcio, aujourd’hui stable. En 2006, le club est promu pour la première fois de son histoire en Serie B. Moins de dix ans après, les Gialloblù connaissent la Serie A pour la première fois de leur histoire lors de la saison 2015-2016, mais terminent 19ème du classement avec 31 points : retour en Serie B. Pour de nombreux clubs, il est difficile de se remettre d’un échec pareil. Et pourtant, deux ans plus tard, les revoilà au premier plan. Pour y rester ?

Un mercato prometteur

Comme pour tous les clubs, la remontée dans la cour des grands a entraîné un mercato conséquent pour tenter d’écrire l’histoire. Tout le monde désignait, avant le début de la saison, Frosinone comme club relégué sans le moindre doute. Pour éviter de recommencer l’épisode de 2015-2016, Frosinone a fait de son mieux, et avec de petits moyens, pour un mercato intelligent. Ainsi, 14 joueurs (oui, vous avez bien lu) de Serie A ont été recrutés, que ce soit via un prêt ou un transfert définitif. Parmi eux, Andrea Pinamonti et Francesco Bardi de l’Inter, Francesco Cassata de Sassuolo et même Stipe Perica de l’Udinese. En plus de cela, Joel Campbell, provenant d’Arsenal, a rejoint le club fraîchement promu. De quoi espérer de belles choses et de croire au maintien. Pourtant, jusqu’ici, le bilan est inquiétant.

Un début de championnat à sens unique

A l’horizon se dessine une descente en Serie B. Difficile de juger après seulement cinq journées, mais le bilan est catastrophique : aucun but marqué pour 12 encaissés. Si l’on compte la fin de la saison 2015-2016, Frosinone en est à sa dixième défaite de suite en Serie A. En plus de cela, Frosinone est l’équipe qui a les moins touché de ballons dans la moitié de terrain adverse. Ajoutez à ça l’équipe la plus modifiée au cours de la saison (23 joueurs différents envoyés sur le terrain en 5 matchs) et vous obtenez l’équipe la plus indécise du championnat italien. C’est peu de choses que de dire que le maintien sera pratiquement impossible. Difficile même de comparer la situation du club à celle de Benevento la saison passée : ces derniers étaient soutenus par beaucoup d’amateurs de Serie A qui ne voulaient pas voir le club de Roberto De Zerbi redescendre. En effet, le football de Benevento proposait quelque chose d’intéressant et amusant à regarder. A l’inverse, le football joué par les hommes de Moreno Longo n’est vraiment pas attrayant. Il est même extrêmement pauvre. Les joueurs passent leur match à essayer tant bien que mal de défendre, pour quand même encaisser de nombreux buts. Il est vrai, le divertissement ne fait pas tout. Pour certains supporters, tant que leur club gagne, c’est suffisant. Le problème, c’est que Frosinone ne propose ni l’un ni l’autre.

Y’a-t-il des solutions ?

Difficile pour Frosinone d’espérer mieux que de grappiller quelques points, comme Benevento l’année dernière. En revanche, Frosinone peut toujours essayer de compter sur Stipe Perica et ses sept buts l’année dernière à l’Udinese, ou sur leur recrue phare Joel Campbell, le seul à avoir tenté des choses sur son unique match, contre la Juventus ce week-end.

En bref, Frosinone paraît un peu livré à soi-même. Difficile d’espérer quoique ce soit pour le club promu, qui va devoir tant bien que mal essayer d’aller chercher des points contre les concurrents directs. Pour cela en revanche, ils doivent proposer autre chose qu’un jeu défensif : ils n’ont pas les épaules pour tenir 90 minutes et doivent chercher à marquer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s