Lucas Biglia, la pierre angulaire du Milan

Lucas Biglia et le Milan négocient actuellement une prolongation de contrat qui lierait l’argentin aux rossoneri pour une saison supplémentaire, avec une fin de contrat en 2021. À 32 ans et avec divers soucis physiques derrière lui, notamment la fracture de deux vertèbres subie la saison passée et qui avait mis en doute sa participation à la Coupe du Monde, les performances de Lucas Biglia sont faites de hauts et de bas. La possibilité d’une prolongation de contrat a éveillé quelques perplexités dans les rangs des supporters milanais.

biglia.jpg

Cette prolongation de contrat ne signifie cependant pas nécessairement que Milan comptera sur lui en tant que titulaire comme distributeur du jeu pour les prochaines saisons. La prolongation permettrait simplement au club de se présenter aux prochaines sessions de calciomercato sans le couteau sous la gorge, sans être contraint de forcer la décision pour trouver rapidement un nouveau 6. De plus, faire signer l’argentin pour une saison supplémentaire consentirait à Gattuso de garder dans son vestiaire un vétéran apprécié pour son leadership – essentiel dans une équipe jeune comme celle du Milan, mais aussi de garder un joueur d’une grande expérience sur le terrain.

L’importance de Lucas Biglia dans l’actuel projet technique rossonero va au-delà de questions purement psychologiques et caractérielles. L’ancien laziale est en effet actuellement l’élément indispensable pour le jeu de Gennaro Gattuso. Ce que l’on a vu au cours des deux premiers matches de la saison. Contre le Napoli, le jeu du milieu argentin a été essentiel quand le Milan a su ressortir de sa moitié de terrain malgré la première ligne de pression napolitaine. Quand Gattuso a pris les rennes de l’équipe la saison passée, une des nouveautés introduites a été de garantir au Milan une phase de construction et de possession plus basse et plus variée, non plus seulement liée au jeu dans la verticalité de Bonucci.

Au sein de cette phase de jeu plus élaborée, c’est justement Lucas Biglia qui occupe le rôle central. Sa position et ses caractéristiques permirent aux deux défenseurs centraux ainsi qu’à Ricardo Rodriguez de trouver des options pour ressortir proprement le ballon depuis la zone basse du terrain. Avec la vente de Leonardo Bonucci, Milan a ultérieurement accentué cette tendance : les rossoneri sont toujours à la recherche d’un jeu construit depuis leur moitié de terrain, ne pouvant plus compter sur les passes longues du numéro 19 de la Juventus. L’importance de Biglia est significativement apparue aux yeux de tous lorsqu’au cours de la seconde période face au Napoli, les azzurri ont changé de système de jeu et ont utilisé le polonais Zielinski en pression su le regista rossonero. La rentrée de Tiemoué Bakayoko à la place de l’argentin a mis en évidence à quel point le rôle de Lucas Biglia est précieux et à quel point son apport dans le jeu des milanais est important. La qualité de jeu des rossoneri et leur conservation du ballon a fortement ressenti l’écart entre les caractéristiques du milieu argentin et celles du milieu français.

La Roma a également choisi, lors de son match disputé à San Siro, de mettre un de ses joueurs – Javier Pastore – au pressing sur Biglia dans un marquage quasi individuel. Cela démontre une nouvelle fois l’importance du milieu de terrain argentin dans la phase offensive et de construction de Gennaro Gattuso. À la différence de ce qui s’était produit au San Paolo, Milan a cette fois été capable en première mi-temps de trouver des alternatives dans les phases de construction basses, en passant notamment par les latéraux ou par Gianluigi Donnarumma. Lorsque la Roma de Di Francesco a changé de système de jeu en passant au 4-2-3-1, les hommes de Gennaro Gattuso ont dû reculer sur le terrain, ce qui a annihilé leur fond de jeu et notamment l’impact de Biglia. Avec une précision de passes de 94,7%, Lucas Biglia est actuellement l’élément clé du projet tactique milanais, notamment du fait de l’absence dans l’équipe d’un joueur aux caractéristiques semblables.

Dans le 4-3-3 actuel, un joueur aux caractéristiques plus physiques que techniques peut jouer devant la défense uniquement dans le cas où la manœuvre offensive est prise en main par les deux relayeurs du milieu de terrain. Un rôle que ni Bakayoko ni Kessié ne semblent à l’heure actuelle pouvoir maîtriser. Un éventuel passage au 4-2-3-1 dans lequel les deux derniers milieux cités seraient titulaires semble également être une mauvaise idée : malgré un fort impact physique, cela priverait l’équipe de Gennaro Gattuso de garanties dans les sorties de balle. Lucas Biglia est donc actuellement la pierre angulaire du jeu milanais et le coach calabrais semble l’avoir compris, modulant son équipe selon les caractéristiques de son milieu argentin

@MicheleTossani

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s