La Nazionale en quête d’un leader

Nous y  voilà, le premier week-end international passé, des rêves brisés pleins les poches avec deux matches plutôt décevants à la clé. Ça n’a échappé à personne la Nazionale se cherche  que ce soit dans le jeu ou bien dans le leadership. Deux capitaines différents en deux matches, deux formations complètement différentes, une colonne vertébrale complètement réinventée à chaque match. Si une chose en ressort c’est bien que cette équipe est encore en crise d’identité. Au delà de ce qu’on a pu voir sur les feuilles de matches cela s’est également vu dans le jeu. Une équipe avec un jeu complètement aseptisé sans identité, sans véritable plan de jeu. Au delà des deux défenses centrales (Chiellini-Bonucci et Romagnoli-Caldara)  et de Jorginho devant la défense cette équipe a apporté très peu de certitudes. Au niveau du jeu cela se traduit par de belles sorties de balles mais un véritable blocage lorsqu’il s’agit de faire le lien entre le milieu et l’attaque. Un taux de passes réussies catastrophique, de longs ballons qui ne donnent souvent rien, une incapacité à enchaîner deux passes d’affilée voilà le bien triste bilan de l’attaque italienne.

Le besoin d’un leader technique

Cette incapacité à joindre le milieu à l’attaque se traduit par l’absence d’un meneur de jeu. D’un Trequartista comme on dit en Italie. L’appellation italienne est intéressante car elle décrit clairement le manque d’un joueur dans une certain partie du terrain : le troisième quart. Cela se traduit par une fracture dans le jeu qui nuit aussi bien aux qualités des milieux de terrains que des ailiers et évidemment des attaquants.

Half Spaces

Comme on peut le voir sur ce dessin ce qui manque c’est un point de convergence entre les ailiers et les buteurs. L’idée est d’avoir un qui récupère le ballon dans l’axe et qui peut orienter pour lancer avec une passe courte ou semi-courte sur les côtés ou bien transmettre à un point de pivot pour qu’il fasse de même. Un joueur capable de casser les lignes pour avoir la possibilité d’un mouvement. On a beaucoup vu Insigne dédoubler avec Biraghi en fin de match montrant des mouvements dangereux. Mais il a fallu un certain temps pour ces mouvements arriver pour la simple et bonne raison que les ballons arrivaient difficilement vers Insigne sur l’aile dans une position qui lui permettait le dédoublement et l’ouverture vers la profondeur. Ce qui fait la dangerosité d’un 4-3-3. Avoir la possibilité d’un joueur qui crée des espaces et qui se déplace librement permet la supériorité numérique qui déstabilise les latéraux qui sont dans le football moderne de plus en plus amenés à être des joueurs à caractère offensif. Ce qui est en jeu clairement n’est pas le luxe d’un jeu champagne mais tout simplement la fluidité des échanges sur le terrain.

Qui pour assumer ce rôle ?

Très populaire avant la deuxième moitié des années 80 avec l’arrivée du 4-4-2 de Sacchi qui semblait signifier la fin du trequartista cela ne l’a pas fait disparaître pour autant mais l’a clairement rarifié. Certains joueurs comme Francesco Totti qui avaient les qualités nécessaires pour évoluer à ce poste se sont vus déplacés parfois à l’aile gauche (dans le 4-3-3) de Zeman ou bien même en buteur ce qui montre la polyvalence d’un joueur capable d’évoluer dans le troisième quart du terrain. Aujourd’hui l’évolution du jeu a fait qu’il y a de moins en moins de véritables « numéro 10 » comme on dit c’est pourquoi Roberto Mancini peut éprouver des difficultés à trouver un joueur capable d’évoluer à ce poste en Nazionale. Il est donc très difficile de déterminer qui pourrait avoir les épaules et les qualités techniques pour assumer ce rôle. Pourtant il existe bien des internationaux répondant à ces caractéristiques. Le premier joueur qui semble sortir du lot est Riccardo Saponara

Résultat de recherche d'images pour "riccardo saponara sampdoria" le joueur de la Sampdoria auteur d’un très bon match contre le Napoli lors de la journée avant la trêve, ce dernier avait l’habitude d’évoluer dans cette zone du terrain lorsqu’il était sous les autres de Mauricio Sarri à Empoli. Ce dernier était aussi bien capable d’ouvrir des espaces pour joueurs sur les côtés à Verdi notamment que venir couper les lignes au sein de la défense et terminer l’action. Comme on peut le voir ci dessous.

Animated GIF

Un autre joueur qui pourrait assumer ce rôle est Nicolò Zaniolo. Clairement le leader de la Nazionale U19 qui avait fait un superbe parcours lors du dernier Euro des moins de 19 ans il a été le passeur de prédilection de cette équipe. Celui qui dit s’inspirer du Brésilien Kakà ne demande qu’à montrer son énorme potentiel au haut niveau mais n’a toujours pas eu l’occasion de jouer ni avec la Roma ni avec la Nazionale et ce bien qu’il ait été convoqué pour ces matches internationaux. Dans une équipe encore en complète recherche et reconstruction il faut parfois lancer des paris et des joueurs qui n’ont encore pas forcément pu montrer de quoi ils sont capables.

Il apparaît difficile de croire que faire jouer un Balotelli qui a boudé sa préparation physique et qui n’est même plus capable de courir sur le terrain est moins audacieux et risqué que de lancer un jeune qui a fait le bonheur de l’équipe de jeunes et l’a porté jusqu’à la finale d’un tournoi majeur. En ce qui concerne les joueurs qui auraient les qualités pour occuper ce rôle mais n’y évoluent plus depuis un certain temps et surtout pas en club. Il pourrait être utile de mentionner Alessandro Florenzi absent pour cause de blessure récemment et qui évolue au poste de latéral droit mais qui par le passé à Crotone s’est illustré avec beaucoup de qualités dans un rôle de trequartista. Un autre est Bernardeschi un joueur qui a à la fois la technique et la vision du jeu pour occuper ce rôle et qui d’ailleurs s’est montré par ses qualités de percussion et de débordement en repiquant dans l’axe et en étant dangereux par ses mouvements incisifs contre la Pologne.

Toutefois au vu du fait que ces derniers n’occupent pas ce poste en club il pourrait-être difficile pour eux de le faire en Nazionale. Cela pourrait-également être la vocation de Lorenzo Insigne lui qui n’arrive pas à trouver sa place en sélection pourrait faire profiter l’équipe de ses qualités de joueur de poche en orientant le jeu et en provocant dans l’axe. C’est un rôle qui lui est arrivé d’occuper au Napoli notamment lorsque l’équipe évoluait sans véritable numéro 9 avec une attaque très mobile. On peut imaginer qu’une association avec Immobile avec qui il a évolué à Pescara et qui donc qu’il connaît particulièrement bien pourrait-être particulièrement dangereuse.

Résultat de recherche d'images pour "insigne immobile pescara"

Le besoin d’un meneur d’hommes.

Comme disait Fabien Barthez « Celui qui dit rien, c’est qu’il n’en a rien à foutre » c’est à dire qu’il est évident qu’une équipe qui vit a sur le terrain un joueur qui « gueule » comme on dit familièrement un joueur qui recadre ses coéquipiers, il est impossible de réussir sans ça. Aujourd’hui dans cette équipe très jeune et en reconstruction c’est un besoin indispensable. Certains diront qu’il existe déjà en la personne de Giorgio Chiellini ou encore de Leonardo Bonucci mais pourtant cela n’est pas forcément transcendant. Dans ce rôle là un seul homme semble sortir du lot : Daniele De Rossi. Bien que le milieu romain ait pris sa retraite internationale Mancini lui avait ré-ouvert la porte. Capitaine futur puis capitaine depuis le départ de Francesco Totti on le voit souvent parler à ses coéquipiers et apporter la grinta nécessaire à faire basculer des matches. En somme son expérience et son leadership pourraient être décisifs pour cette jeune équipe.

Résultat de recherche d'images pour "daniele de rossi nazionale"

Au delà cela ses qualités techniques pourraient être parfaites pour le milieu italien. Et surtout pour mettre en valeur Jorginho. Avec un joueur travailleur à ses côtés cela pourrait permettre au regista de Chelsea d’avoir plus de liberté pour orienter le jeu avec la précision et la qualité qu’on lui connait et de ce fait de ne pas à avoir à assumer le milieu de terrain tout seul.

Voilà donc un énorme chantier qui attend Roberto Mancini on ne peut que lui souhaiter de trouver la solution à ce vaste rébus qu’est la Nazionale. En espérant qu’il en ait les clés car on peut possiblement penser que si les résultats ne s’améliorent pas rapidement ce dernier devra céder sa place. Mais nous pouvons affirmer que le problème de cette équipe n’est pas seulement une question tactique mais bien un problème structurel de la place des italiens dans le Calcio, de la formation et l’incapacité à lancer des joueurs dans des rôles décisifs pour certains clubs italiens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s