Storia di un gol : Alex Del Piero et David Trezeguet

 

Lorsque l’on se remémore les buts inscrits par ce formidable duo d’attaquants, il est plus que compliqué de n’en retenir qu’un seul. L’italien et le franco-argentin ont partagé le front de l’attaque de la Juventus durant de longues années, une décennie entière, de 2000 à 2010. Les deux compères ont connu des périodes fastes avec la Vieille Dame : les titres, les succès, ainsi que des moments bien plus compliqués comme notamment la défaite en finale de Ligue des Champions en 2003, la Serie B, et les résultats moyens de la fin de décennie pour les bianconeri

Comme nous l’avions énoncé ici, les deux joueurs étaient d’une extrême complicité et complémentarité. Del Piero, neuf et demi, dansait et virevoltait autour du renard des surfaces David Trezeguet. Et selon nous, aucun autre but ne retranscrit aussi fidèlement les caractéristiques techniques de ces deux icônes du football italien.

c07c5bswgaeu373_1_orig

Le contexte : les deux saisons précédentes furent marquées par une rivalité prononcée entre l’AC Milan et la Juventus. En effet, outre la volonté affirmée d’asseoir sa domination sur le territoire national, les deux équipes s’étaient affrontées à Manchester en finale de la Ligue des Champions édition 2002/2003. La Vieille Dame remportera finalement la Serie A devant l’Inter et le Milan en 2003, tandis que le Diavolo s’adjugera cette même année la plus prestigieuse des compétitions européennes aux tirs aux buts ainsi que le Scudetto 2003/2004. C’est donc tout naturellement que la rivalité atteint un pic à l’été 2004, et qu’elle touchera son paroxysme durant la saison 2004/2005. Au cours du mercato estival, la Juventus semble mieux s’armer que l’équipe lombarde : les arrivées de Zlatan Ibrahimovic, d’Emerson ou de Fabio Cannavaro mettent les bianconeri dans une claire position de favoris.

Une tendance qui se confirme durant la première partie de saison, la Juve obtenant le titre honorifique de champion d’automne. Après un mois de février en dents de scie, la Vieille Dame avait alors pourtant été rattrapée par des milanais intenables. L’écart le plus important fut obtenu lors de la 31 ème journée, avec un +3 de la Juve sur l’AC Milan. Écart réduit les semaines suivantes, jusqu’à arriver à la date fatidique de la confrontation directe lors de la 35 ème journée.

tum310595

C’est à ce moment que le génie apparaît et fait toute la différence. Au coude à coude, les formations de Carlo Ancelotti et Fabio Capello s’affrontent à San Siro dans ce qui va être la rencontre décisive pour la course au titre. Après un début de match d’une grande tension, globalement dominé par les rossoneri, la Juventus parvient à la 27 ème minute à sortir la balle de sa moitié de terrain par l’intermédiaire de Pavel Nedved. Le Tchèque pousse son ballon long de ligne, est séché par un tacle rouge et noir et reste au sol.

La balle atterrit finalement dans les pieds de Pinturicchio côté gauche, aux trente-cinq mètres. Il cherche le un contre un face à Nesta, rentre pied droit comme pour décocher sa spéciale – une frappe enroulée en lucarne opposée. Del Piero décide finalement de crocheter extérieur son adversaire et de centrer fort pied gauche. Un centre qui se veut bien sûr destiné à David Trezeguet, aux aguets dans la surface de réparation. Une action vue mille et une fois, qui n’aboutit pas à cause de l’intervention défensive du milanais, un tacle rageur qui contre le ballon. Ce même ballon qui s’élève dans le ciel de San Siro, qui semble suspendu dans les airs. La magie se produit alors : Alessandro Del Piero réalise un retourné exceptionnel, sans contrôle, et sert parfaitement David Trezeguet. D’un coup de tête qui devance la sortie du portier milanais Dida, le numéro 17 turinois ouvre alors le score.

milan

La beauté de ce but ne réside pas uniquement dans sa réalisation, mais plutôt dans toute sa symbolique. Outre son importance, c’est un but rendu magnifiquement possible par le talent de deux joueurs. Un talent individuel qui devient part d’un collectif : Alessandro Del Piero n’aurait jamais réalisé ce geste s’il n’était pas pleinement conscient de la présence d’un attaquant du calibre de David Trezeguet dans la surface. Inversement, David Trezeguet n’aurait jamais fait ce déplacement, comme s’il savait que le ballon finirait par arriver aux six-mètres, s’il ne s’agissait pas de Del Piero à la baguette. C’est en cela que ce but est merveilleux : son importance, son impact, mais surtout parce qu’il démontre la confiance qu’avaient ces deux joueurs l’un en l’autre.

La Juventus remportera finalement le Scudetto 2003/2004 grâce à ce bijou. Ci-dessous, la vidéo du but pour les plus jeunes et les nostalgiques !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s