Quel Napoli en Champion’s League ?

Le Napoli tombe dans le groupe C où il affrontera le Paris-Saint Germain, Liverpool et également l’Etoile Rouge de Belgrade. L’occasion de découvrir brièvement le Napoli 2018-2019.

Le système

napoli.png

Nouvelle face pour le Napoli, orphelin de Sarri mais adopté par le sympathique Carlo Ancelotti. Le poste de gardien a totalement changé cette saison avec pas moins de 3 nouveaux gardiens. Le jeune Meret arrivait dans la peau d’un titulaire mais sa blessure a redistribué les cartes et à l’heure actuelle c’est le Colombien David Ospina qui tient la corde pour être numéro 1. La ligne défensive ne change pas, Koulibaly est toujours le patron accompagné par un Albiol quelque peu vieillissant. Mario Rui malgré sa vaillance réside comme l’un des points faibles principaux dans cette équipe. Cependant Faouzi Ghoulam reviendra de blessure durant l’année et retrouvera sans  doute sa place de titulaire.

Jorginho parti c’est Hamsik qui récupère la place de regista. Une fin de carrière plutôt noble pour celui qui était destiné à un départ en Chine très récemment. Diawara assure pur l’heure le rôle de doublure mais pourrait récupérer la chemise de titulaire vu la forme physique générale du Slovaque. Zielinski qui rongeait son frein sur le banc depuis son arrivée en Campanie est désormais titulaire et répond de la meilleure manière avec notamment un doublé face à l’AC Milan. Le 3 ème titulaire est Allan qui par son activité semble quasi indélogeable aujourd’hui malgré l’énorme talent de Fabian Ruiz.

Devant Mertens a perdu sa place en pointe au profit de Milik. En effet Carletto est visiblement plus sensible au profil du Polonais que du Belge qui avait tendance à ne pas répondre présent dans les grands rendez-vous et qui est incapable d’imposer un défi physique aux défenseurs. Sur le côté gauche Insigne est indéboulonnable tandis qu’à droite Callejon bien que très limité est actuellement le titulaire aux yeux d’Ancelotti. Sûrement grâce à son profil bien différent des autres ailiers (Verdi, Insigne, Younes, Mertens, Ounas).

La variable tactique

Ce même profil qui pourrait d’ailleurs se transformer d’avantage à handicap pour l’Espagnol en cas de changement de système. En effet si Ancelotti décidait de revenir à 4-3-2-1 en sapin, José Callejon aurait certainement plus de mal à conserver sa place. Ses limites techniques l’empêcheraient clairement d’évoluer entre les lignes et de grandement participer au jeu et un joueur tel que Mertens ou Verdi pourrait en profiter. Car ces deux derniers sont dotés d’une grande technique balle au pied et sont plus à même d’évoluer proche du cœur du jeu.

La star

Kalidou Koulibaly est la star de cette équipe. Bien qu’il ne soit pas aussi médiatisé et starifié que son coéquipier Lorenzo Insigne, le Sénégalais est essentiel à l’équipe et ce depuis son arrivée à Naples. Dans une défense amoindrie par les blessures de Meret et de Ghoulam, l’âge d’Albiol qui se fait ressentir, Koulibaly demeure comme le maillon fort et l’assurance quant à l’équilibre défensif de l’équipe. Le défenseur napolitain est un véritable colosse quasi-impossible à défier de l’épaule. Il n’est pas l’archétype du défenseur moderne à la belle relance et la faiblesse évidente dans les duels, non Koulibaly est un rugueux, un dur, que dis-je, un mur.

Cependant malgré ses très nombreuses qualités, Koulibaly a une fâcheuse habitude : celle de tenter quelques percées balles au pied. Si son physique peut le lui permettre (de par sa condition et sa force) sa qualité technique et donc sa conduite de balle semblent parfois pouvoir lui jouer des tours. Attention à ce que cette volonté de prendre trop d’initiatives ne se retourne pas contre lui, surtout dans un moment clé. Malgré tout ses qualités d’anticipation et de tacles seront d’une aide précieuse pour le Napoli cette saison

napoli players

La surprise

Piotr Zielinski est une surprise, notamment pour le grand public. Car oui, si vous n’êtes pas adepte de Serie A, le Polonais est au mieux la doublure d’Hamsik depuis son arrivée. C’est certain, mais ce qui n’est évidemment pas moins certain c’est son talent. Et du talent il en a revendre, peut-être plus que l’on ne peut l’imaginer au vu de son temps d’attente sur le banc sous le joug de Sarri qui ne fut pas grand partisan du turn-over. En témoigne cette seconde journée (qui fut le premier match du Milan cette saison) ou à domicile, les napolitains recevaient le Milan de Gennaro Gattuso. Après avoir été menés 2 buts à 0, les hommes de Ancelotti se sont réveillés et notamment Piotr Zielinski qui a littéralement enflammé la partie de part son activité, sa technique et sa volonté de bien faire. Le résultat, un double, et pas n’importe quel doublé. Une frappe croisée du pied gauche à l’entrée de la surface pour réduire l’écart puis, suite à un mauvais dégagement de la tête de Bakayoko sur corner, une reprise de volée du pied droit, toujours à l’entrée de la surface pour égaliser. Un véritable maestro.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s