Jusqu’où ira la Fiorentina ?

Ex-outsider pour les places européennes, la Fiorentina compte bien retrouver le chemin de l’Europe cette saison, auteur d’un mercato solide complétant une équipe jeune et talentueuse, les florentins se permettent cette saison de rêver à nouveau de ces prestigieux matchs européens, mais en ont-ils les moyens ?

AS Roma - Fiorentina

Un mercato solide

Objectif Europe, après une saison en demi-teinte n’ayant pas plu aux supporters, c’est l’ambition affichée par la Fiorentina pour la saison à venir, pour cela, le club de Florence s’est attaché les services d’Alban Lafont en provenance de Toulouse pour palier le départ de Marco Sportiello vers Frosinone et faire concurrence au jeune Bartlomiej Dragowski. Avec cela, la Fio s’est empressée de lever l’option d’achat de German Pezzella et d’obtenir la signature de David Hancho. Par des opérations de prêts, les dirigeants florentins se sont attachés les services de Gerson, Kevin Mirallas, Edmilson Fernandes et Marko Pjaca.

En somme, un mercato plutôt solide, renforçant les secteurs faibles, pas de clinquant – car la Fiorentina ne peut plus se le permettre – mais des cibles fiables et des jeunes à très fort potentiel que la Viola pourra faire progresser au sein d’un collectif bien rodé.

Les hommes forts de la Fiorentina

L’effectif de la Fio est l’un des plus complets de Serie A, sorte d’attelage où l’on retrouve des jeunes cracks comme Federico Chiesa, homme fort et leader de cette équipe à seulement 19 ans, il est l’auteur d’une précédente saison remarquable qui permis au club de finir dans la première partie du tableau. En attaque, il est accompagné de Giovanni « Cholito » Simeone, auteur de 14 buts la saison dernière, il est le fer de lance de l’attaque florentine et donc un incontournable du onze titulaire. Derrière ces deux compères, il y a aussi Marco Benassi ! Le précieux maître à jouer de Stefano Pioli, et ses 35 passes clés combinées à ses 77% de passes réussies sera encore une fois l’homme à tout faire du milieu de terrain. Ainsi, le club de la cité des Médicis est largement tributaire de la grande forme de ces trois joueurs clé, et toute possibilité de qualification en coupe d’Europe passera par une grande saison de leur part ! Bien sûr la Viola peut également compter sur Jordan Veretout (84% de passes réussies) au milieu et de solides défenseurs tels que Pezzella et Milenkovic.

Cependant, bien qu’une forme olympique de ces hommes-là soit incontournable pour obtenir un ticket pour l’Europe, ces derniers ne pourront pas subvenir à eux-seuls aux manques cruels qu’accuse cette équipe, car si la Fiorentina à l’un des effectifs les plus complet de Serie A et des hommes forts sur lesquels elle peut compter, elle a également des faiblesses très importante qui seront difficile à combler cette saison.

Les faiblesses de la Viola

Toute équipe a ses forces et ses faiblesses, l’important étant que les forces puissent gommer les faiblesses. Mais qu’en est-il lorsque ce point faible se trouve sur le banc ? Comme on l’a déjà dit auparavant, la Fiorentina a un effectif complet et très largement compétitif, cependant, elle n’a pas l’homme capable d’en tirer le maximum. Stefano Pioli, connu auparavant pour ses échecs à l’Inter Milan et la Lazio, c’est un entraîneur standard qui ne peut tirer le meilleur de l’effectif qui lui est donné. Sans être rodé comme la Roma ou Naples, les florentins ont largement les armes pour aller chercher l’Europe, comme ont pu le faire des équipes au collectif équivalent comme l’Atalanta ou la Lazio ; mais ces deux dernières ont respectivement comme technicien Gian Piero Gasperini et Simone Inzaghi, tous deux connus pour leur génie tactique et leur grande capacité à faire jouer leur collectif. A côté d’eux, Pioli est un simple professeur de sport. C’est là que se trouve le plus gros point faible de la Fiorentina, et peut-être même son plafond de verre, car pour jouer l’Europe, il faut un caractère implacable dans l’enchaînement des matchs et donc peu de lacunes à la direction technique, ce que n’a pas Stefano Pioli.

Alors qu’est-ce qu’il faut attendre des florentins ?

Les hommes de Stefano Pioli semblent se diriger vers une saison similaire à celle qu’ils viennent de traverser, à savoir qu’ils figureront bien en championnat en finissant dans la première partie du tableau, car de loin supérieurs à leurs adversaires plus faibles comme le démontre la raclée collée au Chievo Vérone (6-1), mais les lacunes de Stefano Pioli les empêcheront de viser plus haut. L’espoir alors des florentins, serait la méforme et la chute de l’un des mastodontes (Juventus, Roma, Napoli, Milan, Inter) ou d’un des outsiders (Lazio, Atalanta Bergame) afin d’obtenir le précieux billet vers une coupe d’Europe nécessaire pour continuer à attirer des jeunes talents et conserver les siens, mais en l’absence de ce cas de figure ou d’un renvoi de Pioli pour un entraîneur plus ambitieux dans le jeu, ou plus intelligent dans l’approche des matchs, il semble bien que la Fiorentina n’ai pas plus à offrir que la saison passée.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s