L’Inter, l’ombre d’un doute ?

Cinq longueurs de retard en 180 minutes. L’arme anti-Juve voit, déjà, sa cible s’éloigner. Catalogué ainsi par les médias italiens durant l’été, l’Inter n’a pas renoncé à challenger CR7 et compagnie dans la quête du Scudetto, malgré un début de championnat raté. « Nous sommes une équipe qui doit se battre au sommet avec quatre ou cinq autres. Nous pouvons devenir l’anti-Juventus, mais nous devons d’abord récupérer des points sur Naples (leader avec les Bianconeri) et la Roma. Si on joue comme ça, nous sommes l’anti-personne », a lâché, dimanche soir, le technicien interiste Luciano Spalletti, irrité après le match nul 2-2 dans un San Siro bien rempli (59 000 personnes) face au Torino, alors que son équipe menait 2-0 à la pause. Du coup, les joueurs ont perdu leur jour de repos, lundi et écouté leur entraîneur effectuer un recadrage pendant 40 minutes : Manque de faim, de personnalité, de réaction…

Car ce match nul est intervenu une semaine après le revers inaugural contre Sassuolo, en Emilie-Romagne (1-0). Un point en deux journées, le pire début depuis 1983 (0 point). Comme en 2011 sous Gasperini et en 2016 avec Franck De Boer. Les deux entraîneurs n’avaient pas passé l’hiver… Luciano Spalletti est loin d’être menacé. Il vient d’ailleurs de prolonger son bail jusqu’en 2021, après un premier exercice réussi en Lombardie. Il a rapidement su redonner une ligne conductrice à un effectif en perpétuel chantier depuis des années. Il a surtout ramené, in extremis, la Beneamata en Ligue des Champions après six saisons d’absence.

368687-900

Sept recrues et deux schémas

Malgré la contrainte du fair play financier, Piero Ausilio, le directeur sportif, a répondu aux attentes du technicien toscan en doublant tous les postes. De Vrij et Asamoah en fin de contrat ; Vrsaljko, Nainggolan, Politano, Martinez et Keita entre transferts et prêts avec option d’achat pour rester dans les clous imposés par l’UEFA (sanctionné en juin, l’Internazionale aura un effectif restreint à 22 joueurs en Champions League). Du coup, la balance des transferts est quasiment à l’équilibre (85,5 millions d’euros de dépenses, 76,5 millions de recettes) sans avoir perdu un seul titulaire. Il n’a manqué que Modric pour rendre ce marché estival parfait.

« Le mercato a été important, avec des recrues importantes, car l’année dernière j’avais 15 joueurs à ma disposition, à présent j’en ai 20 », a une nouvelle fois reconnu l’ancien coach de la Roma dimanche soir. Spalletti a ainsi travaillé deux modules pendant la pré-saison, en intégrant progressivement les nouveaux. Son traditionnel 4-2-3-1, utilisé contre Sassuolo et un 3-4-2-1, vu durant 75 minutes face au Toro. A terme, il souhaite une flexibilité en cours de partie. Mais les schémas et le des choix hommes ne sont pas en cause selon le technicien.

« Face à Sassuolo, nous avons réalisé un mauvais match. Aujourd’hui (dimanche), à la fin de la première période, personne n’aurait discuté du module ou de l’équipe. Nous avons bien joué pendant cinquante minutes, puis nous avons reculé. Nous avons encaissé un but inexplicable et nous avons connu un black-out après. C’est à ce moment-là où nous avons cessé de jouer. C’est inquiétant de prendre un tel but sans avoir une réaction correcte par la suite. Je suis inquiet car ce sont ces moments qui ont caractérisé l’Inter ces dernières années et encore par séquences la saison passée. »

Le Ninja, facteur X ?    

Lors des deux parties, les joueurs ont aussi semblé craquer physiquement. Sans doute la conséquence d’une préparation physique plus musclée, pour arriver en forme en septembre-octobre, lorsque les rencontres de Serie A et de Champions League s’enchaîneront. Et puis Nainggolan, blessé à la cuisse gauche, a raté la majeure partie de la préparation (un seul match amical). Or, le Ninja était ardemment désiré par Spalletti, qui l’avait transformé en trequartista à la Roma. La seule recrue a ne pas avoir encore joué en championnat est attendu pour apporter son impact, sa fougue, ses mouvements entre les lignes et son aide à Mauro Icardi. Le capitaine (29 buts la saison passée), passeur décisif contre le Torino, n’a pas encore marqué. Son association avec son compatriote Lautaro Martinez guère convaincante face à Sassuolo n’avait pas été reconduite lors de la 2e journée. Sans doute une question de temps, pour créer des automatismes. Les Croates Perisic, Brozovic et Vrsaljko sont arrivés début août après leur finale de Coupe du monde. Miranda et Vecino ont aussi raté une partie de la préparation. Des recrues à intégrer, des titulaires à gérer pour leur redonner une caisse physique. Des contraintes rencontrées par tous grands clubs…

Six prochains matches abordables

Il y a un an, les Nerazzurri, sans compétition européenne à l’agenda, avaient enchaîné 16 rencontres de Serie A sans défaite, restant sur le podium durant toute la phase aller. Cette fois, les premiers doutes arrivent dès le mois d’août.

gazzettafc_nazionale_web-Big

Ce samedi face chez le Bologna de Pippo Inzaghi, la victoire est indispensable avant la trêve internationale. Vite se (re)lancer, d’autant que la suite du calendrier sera plutôt abordable jusqu’au derby de Milan, le 21 octobre : Parme, la Fiorentina et Cagliari à domicile, la Sampdoria et la SPAL en déplacement. Et prendre du retard si tôt, avant même de croiser les autres européens (Roma, Juventus et Napoli en décembre), pourrait s’avérer rédhibitoire dans la course au Scudetto, ou à celle de dauphin si la formation d’Allegri est intouchable.

Pour revenir à l’histoire, en 1983-1984, l’Inter avait un seul point après quatre journées. Radine avait été sauvé par les cadres du vestiaire : Altobelli, Bergomi, Beppe Baresi, Marini et Beccalossi. Les résultats s’étaient améliorés et l’équipe avait terminé à la 4 ème place (qualificative pour la Coupe UEFA) à 8 longueurs de la Vieille Dame, titrée avec Platini en capocannoniere (20 buts). La victoire était alors à 2 points. Et l’Inter, avec cette entame manquée, n’avait pas été l’anti-Juve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s