Le livre tactique #2 : l’Inter, la Lazio et le Milan

La Serie A pointe le bout de son nez, l’occasion pour faire le point sur la façon dont les équipes du top 6, renforcées par de nouvelles recrues prestigieuses, évolueront cette saison. Ici nous évoquons l’Internazionale, la Lazio et l’AC Milan.

L’Inter qui viendra

La direction vers laquelle est en train de se diriger l’Inter est celle d’une certaine fluidité en phase de possession. Nous verrons donc une équipe versatile qui, partant d’un 4-2-3-1 de base, pourrait finalement se retrouver en phase d’attaque dans un 3-4-2-1 avec deux trequartisti. Si ce dernier système était adopté, le choix des défenseurs centraux serait d’ores et déjà réglé, Miranda, Skriniar et De Vrij composant à eux trois la charnière centrale. Si au contraire Luciano Spalletti choisissait de défendre avec quatre joueurs, l’un des trois devrait donc logiquement s’asseoir sur le banc. L’explosion de Lautaro Martinez durant les matches de préparation ainsi que les difficultés physiques de Nainggolan font penser que l’entraîneur toscan choisira de débuter la saison avec l’ancien attaquant du Racing Avellana comme numéro dix derrière Icardi.

Le milieu de terrain belge pourrait notamment être placé plus en retrait sur le terrain, formant ainsi un inédit et plutôt offensif double pivot avec Brozovic au milieu de terrain. Il s’agit donc maintenant de réussir à décrypter d’un point tactique l’Inter de la saison prochaine. L’évolution des nerazzurri devrait probablement concerner la recherche d’une phase plus sûre et élaborée de la construction depuis leur moitié de terrain, direction donnée au jeu déjà dans la seconde partie de la saison 2018/2019 durant laquelle Spalletti avait replacé Marcelo Brozovic en tant qu’organisateur du jeu de l’Inter. Sur les ailes, alors qu’à gauche peu de choses devraient varier, c’est à droite qu’il y aura probablement des modifications. En effet, la doublette constituée par Cancelo et Candreva va être remplacée par le duo formé de Vrsaljko et Politano. Ce nouveau tandem verra logiquement Politano rentrer vers l’intérieur du jeu pour occuper le half-space droit tandis que le latéral croate utilisera toute la longueur de l’aile dans ses courses. Ces déplacements représentent une évolution par rapport aux déplacements vus l’année passée, Joao Cancelo ayant eu l’habitude de repiquer dans l’axe pour s’intéresser au jeu tandis qu’Antonio Candreva gardait une position très latérale depuis laquelle centrer.

Cet inter-échange entre le latéral et l’ailier devrait être moins présent la saison prochaine. L’arrivée de Keita apporte ultérieurement en qualité technique à l’équipe de Spalletti. L’ancien joueur de la Lazio peut être utilisé indifféremment à droite ou à gauche en tant qu’ailier, mais peut également évoluer en position de numéro 10. Keita Baldé est un très bon contre-attaquant lorsqu’il dispose de beaucoup d’espace mais sait également affronter des situations de un contre un. Tout cela apporte donc grandement offensivement à l’Inter, en plus d’offrir à Spalletti plusieurs solutions pour résoudre le match en cours de route. L’autre changement important d’un point de vue tactique pour l’Inter est relatif à la recherche d’un pressing constant et ultra-offensif. Utilisé par pans de matches la saison passée, cette arme tactique défensive devrait être majoritairement recherchée par les nerazzurri cette année.

Lazio : Un aigle vole dans le ciel…

Déjà la saison passée, bien que le système de jeu utilisé ait souvent été le 3-5-1-1, Simone Inzaghi a démontré qu’il n’était en aucun cas un entraîneur dogmatique, lié à un seul système, mais plutôt un technicien attaché à des principes de jeu. Le mercato mené par le directeur sportif Tare offre au plus petit des frères Inzaghi une équipe en capacité de changer de partition entre un match et le suivant, et même au sein d’une même rencontre. Correa et Berisha, remplaçants de Felipe Anderson, sont des alternatives valides à Luis Alberto et pourraient être utiles si l’on évoluait vers un système à trois attaquants. Côté défense, Acerbi aura pour sa part la très lourde tâche de faire oublier De Vrij. Cependant, la recrue la plus intéressante d’un point de vue tactique est Milan Badelj. Arrivé libre en provenance de la Fiorentina, le croate représente théoriquement l’alternative à Lucas Leiva. Par rapport à ce dernier, Badelj apporterait une majeure qualité dans la distribution du jeu et permettrait à la Lazio de développer une manœuvre plus fluide. Dans le même temps, le sens de la position du croate devrait garantir à Inzaghi la possibilité de jouer avec un pivot bas, capable de boucher les lignes de passe adverses.

Du fait de la palette tactique très large de Simone Inzaghi, il ne faut cependant aucunement exclure la possibilité de voir évoluer Lucas Leiva et Milan Badelj ensemble sur le terrain dans un 4-2-3-1. Cette disposition offrirait à l’équipe la possibilité d’avoir un duo de milieux de terrain complémentaire, l’un plus offensif et l’autre de couverture. De plus, ce système de jeu permettrait à l’entraineur de la Lazio de placer Milinkovic-Savic plus haut sur le terrain, dans ce rôle de trequartista occupé avec la sélection serbe et qui pour beaucoup semble être l’évolution naturelle du joueur de 23 ans. Ainsi, les candidatures de Correa et de Berisha pour un poste de titulaire seraient de nouveau d’actualité, tandis qu’en défense Acerbi et Wallace devraient être les centraux de la ligne de quatre. C’est justement sur cette ligne défensive que pèsent quelques perplexités tactiques, sur son fonctionnement ainsi que sur l’entière dynamique défensive des hommes d’Inzaghi. La saison passée, l’équipe a été la meilleure attaque avec 89 buts mais seulement la dixième défense, avec 49 buts encaissés. Bien trop pour une équipe cultivant des ambitions européennes, notamment du fait de la concurrence plus aguerrie qu’elle retrouvera la saison prochaine en Serie A.

Quel Milan avec Bakayoko, Laxalt et Higuain ?

Après le licenciement de Vincenzo Montella en novembre dernier, le Milan AC a confié à l’ancien de la maison Gennaro Gattuso la tâche d’inverse une spirale négative devenue inquiétante et incompatible avec les investissements faits par les propriétaires chinois. Une année plus tard, Li Yonghong, Fassone et Mirabelli ne sont plus là. Milan est dans les mains du fond d’investissements Elliott et les opérations sur le marché des transferts sont gérées par deux autres figures emblématiques du club : Leonardo et Paolo Maldini. Gattuso est resté maître et un nouveau mercato important a été fait.

D’un point de vue tactique, Milan a perdu un Bonucci retourné à la Juventus, ce qui enlève aux rossoneri la possibilité de construire le jeu verticalement par du jeu long. Sous l’ère Gattuso, cependant, les phases de première relance avaient trouvé de nouvelles options : en plus du jeu de Bonucci, l’entraîneur avait réussi à trouver des solutions à travers les renvois de Donnarumma, les sorties de balle via Lucas Biglia ainsi que l’utilisation des trois défenseurs pour la relance, l’un desquels était un Ricardo Rodriguez placé très proche de Leonardo Bonucci et d’Alessio Romagnoli. C’est probablement ce dernier, nouveau capitaine et leader de la défense, qui devra prendre la responsabilité de sortir proprement le ballon depuis les zones basses du terrain. L’arrivée de Laxalt, dans le cas où il chiperait la place de titulaire à Ricardo Rodriguez, priverait les rossoneri de la qualité balle au pied du défenseur suisse. Parallèlement, elle garantirait à l’équipe de Gattuso un feu follet capable d’animer le couloir gauche et de participer activement à la phase offensive.

gazzetta michele.jpg
Screen via Gazzetta TV

Au milieu, Gennaro Gattuso avait réclamé à ses dirigeants une alternative à Kessié, autrement dit un joueur d’affrontement capable de se rendre utile sans le ballon. L’arrivée d’un joueur étiqueté à fort potentiel comme Bakayoko offre la possibilité à l’entraineur milanais de varier son 4-3-3 en un 4-2-3-1 présentant un double pivot au milieu de terrain. Ainsi, Calhanoglu pourrait être positionné quelques mètres plus haut sur le terrain en tant que numéro 10 ; une position dans laquelle il serait plus aisé pour lui de combiner avec l’aile gauche et Bonaventura, mais aussi de chercher plus souvent à frapper au but. Il sera intéressant de comprendre si la solution de jouer avec un trequartista est compatible avec l’arrivée de Gonzalo Higuain, recrue phare du mercato rossonero. L’ancien juventino est en effet un vrai pivot avancé, qui adore se rapprocher de ses partenaires du milieu de terrain pour échanger, aider l’équipe à remonter sur le terrain et en orienter le jeu, pour ensuite offrir la dernière passe ou au contraire l’attendre face au but. Dans une organisation de jeu en 4-2-3-1, l’attaquant argentin trouverait ses zones préférées naturellement occupées par un autre joueur. C’est cette dynamique qu’il faudra évaluer lors des phases de possession du Milan.

Malgré ces considérations, Gonzalo Higuain vient indubitablement renforcer une attaque qui, outre les combinaisons de Calhanoglu et de Bonaventura sur la gauche de l’attaque, pourra compter également sur la confirmation de Suso en tant qu’ailier droit et sur les arrivées de deux alternatives intéressantes comme l’ailier espagnol Samu Castillejo et le croate Halilovic. Gennaro Gattuso devrait donc continuer à présenter une équipe milanaise à la phase offensive plutôt fluide mais il sera important pour lui de résoudre les nombreux problèmes liés aux séquences
offensives en zone et au jeu de position.

Michele Tossani via son site lagabbiadiorrico.com

Article traduit par Gabriel Cazzato

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s