Lazio : Un mercato presque parfait

Le mercato est un ring. Et sur ce ring il y a ceux qui frappent fort à la manière de la Juventus du Milan et de l’Inter, ceux qui frappent vite à la façon de Monchi avec la Roma et il y a ceux qui, amorphes, ne frappent pas tel le Napoli. Et dans ce combat sans merci qu’est le mercato, la Lazio incapable de lutter financièrement avec les plus gros boxeurs d’Italie a décidé de frapper malin et ce plus discrètement.

correa.jpg

Un renforcement ciblé

Le mercato n’est certes pas clinquant mais semble être en totale symbiose avec la vision de Simone Inzaghi. Fait assez rare pour le souligner. En effet, si Stefan de Vrij a fait faux bond aux siens les quittant au terme de son contrat et en ne leur permettant pas d’accrocher une place en Ligue des Champions, le club dirigé par Lotito et Igli Tare a su réagir d’une des meilleures façons sur le marché des transferts. Nani emboîte donc le pas du Néerlandais en quittant la capitale romaine au terme de son prêt tandis que de son côté Felipe Anderson, talentueux mais pas indispensable est vendu pour un beau pactole. Une tendance semble donc se dégager : la Lazio n’aura que très peu besoin d’ailiers. En effet, Simone Inzaghi grand adepte de la défense à 3 a plus particulièrement besoin de pistons solides car Basta et Lulic se font vieux, Lukaku lui n’a pas le niveau attendu pour un candidat à la plus prestigieuse des coupes européennes. Deux autres départs sont également à noter, deux doublures certes mais Marchetti et Djordjevic quittent également la Lazio en permettant d’alléger la masse salariale. Un ménage est fait, l’effectif peut désormais être renouvelé et solidifié.

En ce qui concerne ces deux derniers départs, la Lazio ne tarde pas à acquérir un autre gardien d’expérience capable d’accepter un rôle de doublure en la personne de Silvio Proto gardien Italo-Belge de l’Olympiakos. Dossier plus délicat pour l’attaquant sensé faire office d’alternative à Immobile, si divers bruits annoncent que la direction cherche une nouvelle pointe il n’est pas inconcevable de voir la Lazio faire confiance au jeune Alessandro Rossi ainsi qu’à Felipe Caicedo.

Arrivent maintenant les recrues dites majeures. Pour venir imposer sa technique au milieu de terrain où Parolo ne peut plus prétendre à être un titulaire sérieux et où Lucas Leiva a enchaîné les matchs (plus de 40), c’est Milan Badelj qui arrive en fin de contrat après son passage à la Fiorentina. Le tout récent vice-champion du monde est à n’en pas douter l’un des plus beaux coups de ce mercato de par son rapport qualité/prix. Sur la même ligne mais dans un rôle ostensiblement différent c’est Valon Berisha qui pose bagages en terres italiennes. Le joueur a d’ailleurs effectué une grande saison avec ses coéquipiers autrichiens de Salzbourg cette saison, inscrivant 13 buts et délivrant 11 passes décisives. Avec ces deux arrivées l’axe du terrain se voit totalement renforcé. Devant eux, il y a aussi un nouveau visage en la personne de Joaquin « Tucu » Correa, véritable artiste, le joueur pourrait-être une farouche concurrence ou doublure de luxe, c’est selon, à Luis Alberto. Le jeune argentin a besoin de se relancer et lorsqu’on voit le travail d’Inzaghi avec Alberto on ne peut que croire en une belle saison de Tucu. Après une belle année en B, Igli Tare le directeur sportif a également décidé d’engager Mattia Sprocati en provenance de la Salernitana. Concernant l’aspect défensif, Riza Durmisi international danois qui arrive en provenance du Betis pour concurrencer de manière très probable Lulic au poste de piston gauche dans le système d’Inzaghi. Dans la défense à 3, le nouveau patron est Francesco Acerbi qui aura la lourde tâche de remplacer Stefan de Vrij. Cependant la charnière centrale mériterait amplement un dernier renfort pour épauler l’international italien car cette dernière est visiblement le point faible de l’équipe cette année.

Le point

Pour l’heure la Lazio, avec un seul départ rapportant un grand pactole (Felipe Anderson pour 31 millions d’euros et 6 de bonus) a plus dépensé qu’encaissé. En effet, au total, Claudio Lotito a dépensé environ 45 millions d’euros pour renforcer les siens. A noter que lors de la clôture du dernier mercato estival, la Lazio avait vendu 3 joueurs pour plus de 60 millions (Biglia, Keita Baldé et Wesley Hoedt) tandis que côté dépense le total n’excédait pas les 30 millions d’euros. On peut noter déjà un certain changement dans la bourse dont Igli Tare dispose pour construire une équipe solide. Cependant, le mercato pourrait prendre une toute autre tournure si Sergej Milinkovic-Savic était vendu. En effet le Serbe pourrait rapporter une somme d’argent inédite avoisinant les 100 millions d’euros. Le box-to-box serait alors une perte énorme d’un point de vue sportif mais pourrait permettre à la Lazio de dégager une plus grande marge de manœuvre pour boucler son mercato.

Cette année cependant, toujours loin des éclats des clubs les plus fortunés, il faudra certainement compter sur la Lazio comme trouble fête, prête à venir titiller voire chiper une place dans le top 4 tout en effectuant pourquoi pas un beau parcours en Europa League. Cela pourrait-être le point d’orgue de la jeune carrière de Simone Inzaghi dans la veste d’entraîneur et cela pourrait d’ores et déjà lui ouvrir les portes d’un club aux ambitions moins limitées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s