Juventus : Allegri aura-t-il son milieu de rêve ?

Cette année la Juventus agite le mercato par diverses recrues aux noms ronflants tels Cristiano Ronaldo ou João Cancelo tout deux recrutés pour une somme avoisinant, si l’on additionne les deux, les 150 millions d’euros. Si avec une attaque de rêve et une solide défense la Vecchia Signora semble préparer une équipe de galactiques taillée pour remporter la prestigieuse Ligue des Champions, certaines interrogations peuvent demeurer au milieu. Pourtant lorsqu’on y regarde de plus près, les trois très probables titulaires que sont Blaise Matuidi, Miralem Pjanić et Emre Can pourraient composer un triangle au milieu très Allegri-compatible. Dans sa thèse d’entraîneur écrite au terme de la saison 2004-2005, saison où il entraînait la SPAL, le coach de la Juventus s’était penché sur la question des 3 milieux de terrain et des qualités et profils qu’il espérait de chacun.

thèse allegri.jpg

Bien que certaines convictions ou certains préceptes puissent évoluer avec le temps, en fonction des événements, du matériel humain, du contexte ou de nouvelles considérations tactiques, cette thèse vieille de presque 15 ans peut permettre de mieux cerner les ambitions du coach juventino. Massimiliano Allegri estime donc que le trident doit-être composé de 3 joueurs aux caractéristiques techniques et tactiques bien distinctes. L’entraîneur italien évoque dans sa thèse deux alignements différents : un milieu à pointe haute (un numéro 10) et un milieu à pointe basse (un « 4 »). Arrêtons-nous alors sur cette dernière formule, certainement la plus classique et la plus susceptible d’être utilisée cette saison par le Livournais. Selon lui, la pointe basse, placée devant la défense, doit-être doté d’un charisme lui permettant de commander au mieux les 2 autres milieux ainsi que les 3 attaquants, si 4-3-3, lorsque l’équipe ne possède pas le ballon. Cette année, et ce depuis son arrivée, c’est Miralem Pjanić qui occupe à merveille cette position. Notamment car Allegri attend également de sa sentinelle une bonne technique lui permettant de dicter le rythme, un sens aiguisé du positionnement que l’on pourrait appeler « sens tactique ». Pjanić a donc pour règles de rester dans une position axiale, toujours démarqué afin de servir de point de référence pour l’équipe et les 4 défenseurs derrière lui lorsque la formation cherche à construire. Dernière qualité, et pas des moindres, la pointe basse se doit de maîtriser le jeu court comme le jeu long afin de faire tourner le ballon avec facilité, mener les contres attaques et trouver la moitié de terrain adverse. Dans ce sens, Miralem Pjanić est à l’heure actuelle le regista parfait pour Allegri.

système allegri.jpg
La disposition du 11 et avant tout des 3 milieux de terrains tirée de la thèse

Plus haut sur le terrain, il y a les interni, ou les deux relayeurs. L’un est le numéro 8, l’autre le numéro 10. Le 8 doit également posséder un très bon sens du positionnement, offensivement comme défensivement afin de s’insérer sans ballon et apporter des solutions dans la zone chaude ainsi que pour venir soutenir la sentinelle. Une bonne capacité de récupération et une force physique notable sont attendues par le tacticien italien. Le numéro 8 est donc le milieu le plus besogneux du trident. C’est pourquoi Matuidi est également un relayeur Allegri-compatible par sa combativité, son intelligence, ses projections et son activité permanente. Seul détail, dans sa thèse, l’entraîneur de la Juventus évoque un bon jeu de tête, notamment en phase défensive, qualité qui n’est pas spécialement notable chez le champion du monde français, probablement un léger détail.

interni allegri.jpg
Situation hypothétique où le 8 et le 10 se projettent vers l’avant lorsque le regista joue verticalement (la flèche noire étant le mouvement du ballon) tirée de la thèse

Cependant, car rien n’est jamais parfait, une ultime interrogation subsiste, et celle-ci est nommée Emre Can. Continuons de définir les profils attendus par le coach dans sa thèse. Selon lui, l’autre relayeur ayant pour rôle celui de « numéro 10 » doit se placer entre les lignes adverses (celles du milieu et de la défense). Il doit-être en mesure d’éliminer son adversaire par le dribble afin de créer le surnombre en attaque. D’autres qualités sont requises pour ce poste, comme posséder une bonne frappe de balle, être capable de faire la dernière passe, de jouer de manière verticale afin de mettre les 3 attaquants en position de but, en plus des projections demandées à l’autre relayeur. C’est là que ça peut coincer. Emre Can se rapproche donc visiblement plus du numéro 8 Allegriesque que de son numéro 10. Les propos de Simon auteur chez Ultimo Diez et supporter de Liverpool confirment alors ma pensée :

« Coïncidence au niveau du visage, je dirai qu’il est un nouveau Khedira. Or contrairement à son compatriote il peut jouer à beaucoup de postes. Il a déjà joué latéral droit, en défense centrale, en 6 et maintenant il joue 8. Il est polyvalent donc il sait quasiment tout faire jeu long comme jeu court. Je pense qu’il devrait s’améliorer sur sa prise de décision qui parfois est longue. Sur certains matchs à Liverpool il perdait le ballon facilement et peut être devrait-il jouer plus vers l’avant. Sa frappe de balle est bonne. Il peut sortir de tout. Une mine comme un retourné acrobatique (cf but contre Watford en 2017). Sous Rodgers quand Emre Can est arrivé il jouait défenseur central. Puis finalement Klopp est arrivé et l’a plutôt mis 8, avec Henderson qui prenait le rôle de 6 et Coutinho qui se projetait vraiment vers l’avant. Can allait parfois aider Coutinho mais assurait aussi un travail défensif »

Je n’envisage évidemment pas de remettre les qualités d’Emre Can en question cependant on peut tout de même constater qu’il n’est pas exactement le type de milieu dont pourrait rêver Allegri. Il semble même être avant tout une opportunité à saisir, car libre, sur le mercato. Bien qu’un joueur tel que Sergej Milinković-Savić, à tout hasard, aurait parfaitement rempli cette tâche de numéro 10 aux yeux du technicien italien, rien n’exclut que l’international allemand, dont la polyvalence est vantée, n’évolue au fil du temps et épouse les préceptes d’Allegri pour le plus grand bien de la Juventus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s