10 anecdotes complètement folles sur la Roma

Dans cet article il ne s’agira pas de parler des menus d’Adriano à la cantine de Trigoria, ni de la fois où Ivan Piris s’est fait virer de l’entraînement parce qu’il n’a pas réussi à faire deux jongles, ni même de quand Osvaldo s’est battu contre son propre reflet dans le miroir, ou encore de la fois où Cassano a baissé le pantalon de Capello révélant ainsi aux yeux du monde son caleçon Hello Kitty. Non, dans cet article je vais vous parler de véritables anecdotes, certes folles, qui ont marqué l’histoire de la Roma, êtes-vous prêts ?

roma roma.jpg

Giorgio Carpi : le joueur qui ne voulait pas être payé 

Il est vrai que durant les premières années d’existence de la Roma peu de matches se jouaient, mais les joueurs étaient tout de même payés, tous sauf un Giorgio Carpi. Pourquoi ? tout simplement parce qu’il considérait que l’honneur de porter le maillot de la Roma était suffisant et ne méritait aucun salaire. Bon aussi parce qu’il était un des seuls joueurs de l’époque qui provenait de la bourgeoisie, mais ça on l’oubliera! Son statut éduqué en fait un des seuls joueurs qui parlait anglais. Lors de son retour comme directeur sportif dans les années 50, il sera à plus d’une reprise le traducteur de l’équipe lorsqu’il le faudra. Qui a dit que Florenzi avait raison de demander une augmentation de salaire ?

La Roma qui ne faisait pas que trembler ses adversaires 

Une journée comme les autres de 1927 la Roma reçoit la redoutable équipe de l’Appio la Dominante (un nom pareil ça ne s’invente pas), les giallorossi qui n’ont plus gagné un match depuis six mois sont motivés comme jamais mais loin d’être favoris. Ils l’emportent finalement 4-2 mais le match doit être arrêté à cause de violentes secousses, s’ensuivent des évacuations d’urgence et une panique palpable la fête est gâchée ! L’événement se reproduira quelques années plus tard lors du retour d’Adriano en Serie A et de ses premières courses… Non j’avais dit que je parlerai que de véritables anecdotes..

Le joueur qui s’achetait lui-même ses chaussures 

C’est le début de saison 1928 la Roma enchaîne les mauvais résultats, pour faire repartir une équipe qui se laissait un petit peu trop aller, le président a une idée géniale : obliger les joueurs à se débrouiller de trouver leur tenue de jeu ! on était loin des sponsors d’aujourd’hui. Fosso joueur de cette équipe, fut même obligé d’acheter des chaussures dans l’urgence avant un match car le malheureux les avait perdues dans un déplacement. Pour la saison prochaine si les résultats de la Roma ne sont pas satisfaisants Palotta n’aura pas besoin d’aller jusque là, il suffit juste d’enlever Fortnite aux joueurs et le tour sera joué.

La Roma sauve la Lazio de la relégation 

Lors de la dernière journée de championnat de la saison 1929 la Roma n’a plus rien à jouer, mais pour la Lazio c’est une autre affaire car ces derniers se battent pour éviter la relégation. Les Giallorossi font face à un concurrent direct des laziali et en cas de défaite ces derniers seraient relégués. Tout porte à croire que la Roma ne ferait aucun effort pour aider son cousin blanc et bleu ciel et pourtant.. La louve l’emporte 8-0 et par la même occasion sauve la Lazio de la Serie B. Encore plus invraisemblable les dirigeants de la Lazio vont s’unir aux supporters de la Roma pour fêter ça. Difficile d’imaginer de telles scènes aujourd’hui..

La Roma jouait au Vélodrome 

Enfin la Roma ne jouait pas vraiment au Vélodrome de Marseille, mais le premier stade de l’histoire de la Louve était un Vélodrome. Le terrain qui n’existe plus aujourd’hui était entouré de 400m de piste utilisés pour les courses de vélo. Choisi car appartenant à l’Audace un club avec lequel la Roma comptait fusionner il a été utilisé jusqu’en 1929, remplacé par le mythique Campo Testaccio. Et dire qu’aujourd’hui on râle parce que la piste de course de l’Olimpico nous éloigne trop du terrain !

camp testaccio.jpg
Le fameux Campo Testaccio

Les supporters de la Roma font tellement de bruit qu’il réveillent les morts 

Un des plus célèbres épisodes extra-sportif de l’histoire de la Roma est la protestation de la communauté anglaise à cause du bruit fait par les supporters. En effet le Campo Testaccio le stade où se jouaient les matches de la Roma à l’époque était proche d’un cimetière où reposent de nombreux poètes anglais. Lieu de recueil et donc silence absolu pour cette communauté ces derniers vivent particulièrement mal les hurlements des tifosi à tel point qu’ils voudront acheter le stade que cela ne cesse. 

Tu es supporter de la Roma ? Montre moi ton chapeau !

Les supporters de la Roma et du Napoli n’ont jamais vraiment fait bon ménage. Loin des terribles récents épisodes en 1931 lors d’un déplacement à Naples, les napolitains avaient une technique bien à eux pour savoir qui était du camp adverse. En effet ces derniers vérifiaient les étiquettes des chapeaux, pour savoir où ils avaient été achetés, malheur à celui dont l’étiquette indiquait la capitale !  Qui a dit qu’il fallait s’endetter sur dix ans pour acheter une maillot à 250 euros avec flocage officiel patchs et matière extra slim anti-transpiration pour montrer son appartenance à son équipe ?

La police à cheval pour calmer un derby 

A la lutte entre la Juventus et la Lazio la Roma ne doit pas laisser passer de points contre ses concurrents directs, et ce derby du 24 mai 1931 est crucial. Tellement qu’il est même considéré comme un des matches les plus tendus de l’histoire de la Roma. Il suffira d’un anti-jeu invraisemblable (un dirigeant de la Lazio vient gêner la relance du gardien de la Roma) pour faire dégénérer les choses. A tel point que c’est la police montée qui va intervenir pour calmer les esprits et dire que malgré cela le résulat (2-2) sera homologué par la fédération. Cette année si ça chauffe on saura quoi faire !

Celui qui ne jouait pas parce qu’il était trop bon 

Difficile d’imaginer de ne pas aligner un joueur parce qu’il est trop doué, et pourtant c’est ce qu’a connu Bernardini ! Convoqué avec la Nazionale Fulvio Bernardini discute un peu avec son entraîneur avant le match, non pas pour parler de tactique mais pour que ce dernier lui annonce qu’il ne pourra pas jouer parce qu’il est trop en avance techniquement et tactiquement sur ses coéquipiers, et que de fait ces derniers ne seraient pas capables de le comprendre.  La légende raconte que le problème s’est posé quelques années plus tard lorsque Totti a dû jouer avec Tachtsidis et autres Ivan Piris.

Quand l’entraîneur entre en jeu 

13 juillet 1932 la Roma affronte l’Ambrosiana Inter à Milan en amical. La chaleur est insoutenable et pourtant le match est très disputé et les deux équipes vont se séparer sur un magnifique 3-3 mais ce n’est pas tant cela que l’on retiendra. A l’époque il n’était pas autorisé de faire sortir les joueurs blessés donc en cas de blessure du gardien c’est celui qui se débrouillait le mieux avec ses mains qui devait le remplacer. Et c’est ce qu’il se passa ce jour là ! Masetti blessé c’est son attaquant qui le remplace dans les cages, mais pour ne pas être en infériorité numérique c’est l’entraîneur qui doit entrer en jeu en attaque ! Dommage que les règles aient changées voir entrer Montella à l’époque où Di Francesco aujourd’hui n’aurait pas été déplaisant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s