Paolo Maldini : Les 50 ans d’une légende

Il y a ces joueurs de football, qui marquent notre jeunesse, il y en a d’autres qui marquent une génération. Il y en aussi, qui sont un peu plus rares, qui marquent l’histoire de ce sport au point d’en devenir des légendes et c’est le cas de Paolo Maldini. Le légendaire défenseur italien fête aujourd’hui ses 50 ans. L’occasion pour nous de vous rappeler à quel point le milanais a été l’un des piliers du football italien pendant plus de vingt ans. Depuis sa retraite, il existe des centaines d’articles sur lui tout aussi intéressants les uns que les autres, retraçant sa carrière ou autres. En l’honneur des 50 ans d’une légende du calcio et du football, FrSerieA propose une lettre ouverte au légendaire latéral italien.

AC Milan's defender and captain Paolo Ma

Comme explicité en introduction, tu es l’un de ces joueurs qui a marqué notre sport favori, tu es un monument du football italien. Toi lancé à 16 ans et demi le 20 janvier 1985 par Nils Liedholm (ex-coéquipier de ton père Cesare) contre Udine. Un jeune si talentueux que dès la saison suivante tu devins titulaire, aux côtés de noms tels que Franco Baresi, Filippo Galli et Mauro Tassotti. Durant la totalité de ta carrière tes interventions défensives t’ont values le surnom de La Bestia, défensivement il est difficile de trouver supérieur à toi tu étais excellent dans tout ce que tu faisais. Aujourd’hui avec l’évolution du football et des philosophies de jeu, il paraît normal qu’un défenseur soit élégant, aussi bon en défense qu’en attaque tout en possédant une relance digne des plus grands à l’image aujourd’hui d’un Leonardo Bonucci. Pourtant à ton époque c’était plus compliqué que cela, les défenseurs étaient pour la plupart réputés pour être brutaux et très rugueux voire méchants. S’il fallait découper au niveau des chevilles l’attaquant ils n’hésitaient pas une seconde à le faire, mais toi Paolo c’est tout à fait différent tu étais en avance sur ton temps, ton objectif principal était de récupérer le ballon sans faire un tacle glissé. Tellement propre que tu n’as récolté en plus de 20 ans de carrière qu’un seul carton rouge, cette statistique est tellement représentative de ce que tu es. Toi et ton physique de gendre idéal, un homme si classe et élégant qu’on ne pourrait rien te refuser, mais attention malgré ce physique tu savais aussi être rude quand il le fallait. Après 1030 matchs professionnels dans ta carrière, ton aura naturelle, ta sérénité et toutes les qualités précédemment citées ont fait de toi l’un des meilleurs défenseurs et joueurs de l’histoire incontestablement, tu aurais pu t’adapter à n’importe quelle époque de football tant ta science du jeu était au-dessus du lot.

Paolo_Maldini_Milan_Getty_Images.jpg

En réalité, quand on évoque ton nom on retient souvent ta classe, ta lignée familiale, tes nombreux trophées, une notion de respect se dégage également, mais on retient surtout ton amour, pas pour une femme, non, mais pour le Milan. Toi qui est avant tout un milanais de pure souche. Ton histoire avec les rossoneri avait commencé dès l’âge de 10 ans où tu dû faire un choix décisif entre l’Internazionale ou l’AC Milan, et tu pris finalement la décision de vendre ton âme au Diavolo. Durant 24 ans tu as porté et honoré ce maillot milanais, au cours duquel tu auras participé à 904 matchs. Avec ton club tu auras remporté 5 Champions League, 7 scudetti, 1 Coppa ainsi que de multiples Supercoupes d’Italie et de nombreuses Supercoupes de l’UEFA, en bref un palmarès bien rempli. Quand on parle on cite ton nom, Maldini, on parle de Milan. Tu es plus qu’une bandiera, tu es un monument de cette ville. Tout au long de ta carrière tu auras été un exemple,  un modèle à suivre. Malheureusement dans toute histoire d’amour, il y a des hauts et des bas, et ton aventure milanaise s’est achevée sur un goût amer. Tu as été sifflé lors de ton dernier match, conspué par certains qui t’adulaient auparavant. C’est tragique, tant tu as sué pour ce maillot mais c’est la réalité. Certains, bien que minoritaires, entonnèrent « C’è solo un capitano » ils ne pensèrent guère à toi, mais bien à Franco Baresi. Alors ce 24 mai 2009 quand tu es rentré aux vestiaires, tu fus intensément déçu. Alors oui, on retient un départ raté mais de ton passage à Milan on retiendra surtout le symbole que tu as été, le fait que ton numéro 3 comme le 6 de Franco Baresi a été retiré. On retiendra surtout que tu es Milan, malgré que tu n’aies aucun poste aujourd’hui dans le club, tu représentes l’institution milanaise. Tu resteras un capitaine emblématique et l’homme d’une seule ville.

skysports-paolo-maldini-italy_4279140.jpg

Avec la Nazionale, ton histoire fût riche. Tu as participé à 4 Coupes du monde et 3 Euros  mais leurs dénouements ne furent pas celui que tu espérais. Néanmoins le fait de ne rien remporter ne veut pas dire que tu n’es pas une figure de la sélection italienne. Tu comptabilises 126 apparitions avec la Nazionale, ce qui fait de toi l’un des plus capés de l’histoire. Ta légende avec la sélection s’embellit lorsqu’à l’âge de 19 ans seulement tu es devenu « Il Capitano » après la retraite de Baresi. Devenir capitaine des azzurri, triple champions du monde, aussi jeune ne se reproduira sans doute plus. 

Tu auras été beau, tu auras été grand, et tu nous auras aussi fait rêver. Ton nom incarne, la classe, l’élégance, le respect, l’honneur, et la fidélité. Pour nous, ce que tu représentes va bien au delà du foot, tu es un idéal à atteindre. A nos yeux tu es l’homme parfait, nous aurions tous aimé dans nos vies, transmettre des valeurs comme celles que tu nous as transmises. Il n’existera plus jamais de nouveau Paolo Maldini, ce que tu as accompli durant toute ta carrière ne pourra jamais être dupliqué. Chez les diavolo, tu fais sans aucuns doutes parti des plus grands de cette légendaire famille milanaise. Les plus vieux diront que Gianni Rivera était le plus grand, la génération suivante quant à elle affirmera que c’est Franco Baresi. Pour nous tu es le plus grand diable de l’histoire, certes ce n’est pas indiscutable, certes il y a d’autres grands noms dans le panthéon des rouges et noirs mais tu as laissé une trace indélébile dans nos cœurs tant importante que ne pas te mettre sur le trône nous paraîtrait anormal. Pour tout ce que tu as apporté, pour avoir été un exemple, et pour avoir révolutionné le ballon rond, nous te souhaitons le meilleur des cinquantième anniversaire San Paolo.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s