Calcio Mondial #8 : Les malheureux absents

La très attendue Coupe du Monde 2018 arrive. L’occasion pour tout fan de football de profiter du soleil, des barbecues, des parties de foot entre amis et de voir son quotidien être rythmé par les différents matchs diffusés à la télévision. Certes l’Italie ne prendra pas part au Mondial 2018, mais les joueurs étrangers de Serie A de leur côté si. L’occasion pour nous de faire un point sur leur cas. Pas qualifiés, ou boudés par leur sélectionneur voici Calcio Mondial épisode 8 dédié aux absents du Mondial évoluant en Serie A.

Ils ne sont pas qualifiés

Difficile de ne pas commencer par la Nazionale, grande absente de cette édition 2018 de la Coupe du Monde. En cédant sa place à la Suède lors des barrages, la sélection italienne prive la compétition de plusieurs figures de Serie A. A commencer par Gianluigi Buffon (Juventus), qui avait fait du tournoi son dernier objectif avec la Nazionale. Le portier italien a du coup annoncé sa retraite internationale, peu de temps avant de signifier son départ de la Juventus.

Devant lui, les infatigables soldats que sont Leonardo Bonucci (AC Milan) et Giorgio Chiellini (Juventus) vont aussi manquer à la compétition. Si le premier, buteur contre la France, continue l’aventure avec la sélection, le second pourrait ne jamais reporter la tunique azzurra, reste à voir quelles seront les décisions du principal intéressé ainsi que du nouveau sélectionneur Roberto Mancini.

(Re)Lire : Italie-Suède, le procès des vaincus

D’autres joueurs emblématiques du championnat ne verrons pas la Russie. Si l’élimination de l’Italie a été une surprise, d’autres nations n’ont pas réussi à lutter avec les cadors. C’est le cas notamment de la Slovaquie de Marek Hamšik (Napoli), éliminée sans avoir pu tenter sa chance lors des barrages (pire dauphin avec 18 points). Le capitaine emblématique du Napoli est donc sur la touche pour la compétition, lui qui devrait quitter son club de toujours cet été.

 

hamsik
La légende du Napoli, Marek Hamšik ne sera pas au Mondial 2018.

Comme la Slovaquie, la Bosnie n’a pas su sortir d’un groupe pourtant à sa portée (3ème derrière la Grèce et la Belgique). Sans elle, la coupe du Monde sera privée du Capocannoniere 2017, Edin Dzēko (Roma) et de son ancien coéquipier à la Louve, Miralem Pjanić (Juventus). Des absences notables, puisque les Bosniens étaient de l’aventure au Brésil en 2014.

Comme eux, Konstantinos Manolas (Roma, Grèce), Milan Škriniar (Inter, Slovaquie), ou des futurs grands comme Cengiz Ünder (Roma, Turquie) et Hakan Çalhanoğlu (Milan, Turquie) ne disputeront pas cette année la plus grande des compétitions, faute d’avoir été qualifiés avec leur nation.

Ils n’ont pas été appelés

Leur équipe s’est qualifiée, ils ont même, pour certains, participé aux qualifications. Pourtant ils n’ont pas été choisis par leur sélectionneur pour le grand voyage. C’est la pire des configuration et c’est ce qui est arrivé à Radja Nainggolan (Roma) notamment. Le milieu belge avait pris part à deux matchs de qualification des Diables Rouges, puis au match amical contre l’Arabie Saoudite en mars dernier. Pourtant le Ninja n’a pas été sélectionné par Roberto Martinez pour le Mondial. Une absence justifiée par des « raisons tactiques » par le sélectionneur belge.

«Radja est un top joueur. La raison est tactique. Ces deux dernières années, l’équipe a travaillé d’une manière spécifique. D’autres joueurs tiennent ce rôle au milieu » Roberto Martinez, sélectionneur de la Belgique.

Si Nainggolan n’ira pas en Russie, ce n’est pas forcément à cause d’une forte concurrence à son poste (certains joueurs évoluant en Chine ont été appelés). Mais la multitude de choix contraint parfois les sélectionneurs à se passer d’éléments forts. L’absence de Mauro Icardi (Inter Milan) au mondial relève de ces décisions difficiles à prendre. Jorge Sampaoli a choisi de se passer du co-meilleur buteur de Serie A (29 buts). En cause, la présence d’autres pensionnaires du Calcio comme Gonzalo Higuaín et Paulo Dybala (Juve), en plus de Lionel Messi (Barcelone) et Sergio Agüero (Manchester City).

0029333icardi-sad780x390
Malgré une saison comptable exceptionnelle (29 buts), Mauro Icardi ne sera pas du voyage en Russie avec l’Albiceleste.

Toujours chez les nations sud-américaines, au Brésil, l’un des absents de la liste est Alex Sandro (Juve). Sur le pré à 39 reprises cette saison avec la Juve, le latéral des Bianconeri a été boudé par Tite, et ce malgré ses bonnes stats : 4 buts et 6 passes décisives. Le coach brésilien a préféré appeler Filipe Luís (Atletico Madrid) comme doublure à Marcelo (Real Madrid). José Maria Callejon (Napoli, Espagne) a lui aussi été mis de côté par Lopetegui (qui vient d’ailleurs d’être licencié de la sélection). En effet celui qui entraînera le Real Madrid la saison prochaine avait pléthore de joueurs à disposition et la non sélection de l’ailier du Napoli apparaît comme logique.

D’autres pourraient figurer dans cette liste, comme Diego Perotti (Roma, Argentine) João Cancelo (Inter, Portugal), ou Nani (Lazio, Portugal). Pourtant la concurrence et les choix des sélectionneurs ne leur permettront pas de participer au Mondial russe.

Le XI des absents de la coupe du Monde 2018, Made in Serie A :

absent mondial.png

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s