Calcio Mondial #7 : La Celeste

La très attendue Coupe du Monde 2018 arrive. L’occasion pour tout fan de football de profiter du soleil, des barbecues, des parties de foot entre amis et de voir son quotidien être rythmé par les différents matchs diffusés à la télévision. Certes l’Italie ne prendra pas part au Mondial 2018, mais les joueurs étrangers de Serie A de leur côté si. L’occasion pour nous de faire un point sur leur cas. Voici Calcio Mondial épisode 7 dédié à l’Uruguay.

On ne peut pas dire que l’Uruguay fasse partie du groupe des favoris. La majorité des spécialistes mettent l’Espagne, le Brésil et l’Allemagne. Pour autant, La Celeste est loin d’être sous-estimée, en effet la plupart des suiveurs mettent les sud-américains dans le deuxième groupe, à savoir les outsiders ++ à la même enseigne que la France. Ce qui n’est pas rien, mais c’est assez représentatif du niveau uruguayen. Avec des joueurs de classe mondiale dans ses rangs, l’Uruguay s’est qualifiée pour ce mondial russe tranquillement en finissant deuxième derrière l’intouchable Brésil. A chaque compétition internationale, on sait que l’on peut compter sur le vainqueur de la Copa America 2011, car depuis la non-qualification en 2006 les ciels et blancs passent quasiment chaque fois les poules des compétitions, que ce soit la Copa America ou la Coupe du Monde. Et cette régularité est due au formidable travail réalisé par Óscar Tabárez, qui a effectué une révolution au sein du football uruguayen des jeunes aux seniors. Avec sa nouvelle génération de joueurs, les doubles-champions du monde représenteront l’une des nations à surveiller dans leur groupe A composé du pays hôte la Russie, de l’Egypte et de l’Arabie Saoudite. Ils font clairement office de favori. Les joueurs uruguayens sont très présents en Serie A, à l’image de tous les pays d’Amérique du Sud, où le football italien est énormément respecté. Dans la liste des 23 uruguayens on en note cinq.

Martín Cáceres (SS Lazio, Uruguay)

450892428.jpg

Le défenseur expérimenté poursuit sa carrière aujourd’hui du côté de la capitale italienne, en jouant sous les ordres de Simone Inzaghi à la Lazio. Une saison compliquée pour le joueur de 31 ans, qui aura disputé simplement 22 matchs en cet exercice 2017/2018, un exercice qui avait commencé avec l’Hellas Verona, puis lors du mercato d’hiver il fut transféré du côté de Rome. Un temps de jeu réduit cette saison, lié à de multiples blessures musculaires. Capable de jouer sur tous les postes défensifs, l’international uruguayen, a rendu bon nombre de services dans différents clubs d’Italie et d’Espagne notamment. En sélection Cáceres, fait partie des tauliers de La Celeste, en comptant pas moins de 75 sélections, il sera l’une des nombreuses voix du vestiaires à la même enseigne que Godín, Pereira, Suárez ou même Cavani. Martín Cáceres est un joueur important dans le groupe, et il pourra apporter son expérience en participant à son troisième mondial. Malheureusement pour lui il sera probablement remplaçant, car la charnière titulaire est celle déjà en place chez les colchoneros de l’Atletico, il s’agit de Godín et Giménez.

Diego Laxalt (Genoa, Uruguay)

2130874_big-lnd.jpg

Le milieu gauche du Genoa va vivre sa première Coupe du Monde, malgré une saison compliquée avec son club ses performances ont été remarquées par tout le monde et surtout son sélectionneur qui en cet exercice 2017/2018 s’est vu offrir un retour en sélection. Une récompense totalement méritée au vu de ses dernières saisons où il n’a fait que de progresser. Arrivé en Italie à l’âge de 21 ans du côté de l’Inter, les débuts en nerazzurro de Laxalt furent difficiles, le jeune milieu enchaînait les prêts, que ce soit à Bologna ou à Empoli. Le natif de Montevideo a su trouver sa place et du temps de jeu à Gênes, où il porte le maillot des grifoni depuis trois ans maintenant. En 2017/2018 le joueur de 25 ans aura effectué une saison quasiment complète avec 32 matchs au compteur. Il a d’ailleurs connu une blessure l’ayant écarté des terrains pendant une petite période, cependant il fut un titulaire indiscutable avec les rossoblu. Lors de ce mondial, il fera partie de cette nouvelle génération de joueur uruguayen qui participeront à leur premier mondial. Ses cinq sélections et sa faible expérience du haut niveau peuvent s’avérer problématique, mais nul doute qu’avec son caractère et sa détermination qu’il montre à chaque match, Laxalt saura comblé ce manque. Il sera bien entendu l’un des joueurs à suivre du côté de La Celeste. Titulaire au poste de latéral gauche, le polyvalent uruguayen sera surveillé par de plus grands clubs car évidemment de telles performances en championnat sont remarquées, il est quasiment certains que nous ayons assistés aux dernières heures de Laxalt avec le Genoa. S’il restera en Italie ou partira à l’étranger ? Difficile à savoir, tout dépendra de ce mondial où il aura à cœur de briller et d’aller loin avec sa nation.

Matías Vecino (Internazionale, Uruguay)

matias-vecino-afp.jpg

Auteur d’une bonne saison avec l’Inter, Matías Vecino va, tout comme Diego Laxalt, participer à son premier mondial. Le milieu de 26 ans a disputé 29 matchs cette saison, et a performé dans le milieu de terrain de Spalletti. Titulaire indiscutable pour le technicien italien, il a réussi avec l’Inter à accrocher la quatrième place du championnat synonyme de qualification en Champions League, une saison réussie pour l’Inter. En sélection il comptabilise 21 appels. Associé à Rodrigo Bentancur au milieu de terrain, il sera titulaire lors ce mondial. L’ex-joueur de la Fiorentina apportera la « grinta » propre aux uruguayens ainsi que sa technique, et il pourrait même être sublimé par l’effet  Coupe du Monde.

Lucas Torreira (Sampdoria, Uruguay)

0024828884.jpg
Torreira fêtant sa première sélection avec l’Uruguay

Révélation du championnat, Lucas Torreira part au mondial en ayant réalisé une très grosse saison, et complète sur tous les points. Avec Karol Linetty il a formé l’une des paires de milieu les plus intéressantes à regarder. Le natif de Fray Bentos, a illuminé le football italien de tout son talent cette saison, le pitbull de 22 ans est la belle représentation de la grinta encore une fois uruguayenne. Malgré ses 1m68, la sentinelle uruguayenne a été solide et très tenace tout au long de la saison faisant de lui l’un des meilleurs à son poste en championnat. L’ex-joueur de Pescara fut titulaire indiscutable cette saison et sa régularité a tapé dans l’œil du staff de La Celeste qui l’a sélectionné pour la première fois au cours de l’année 2018. Malheureusement pour lui, il démarrera probablement comme remplaçant lors de ce mondial, mais nul doute qu’il sera à surveiller et qu’il aura assez de temps de jeu pour lui permettre de s’exprimer. Seulement, ses performances si excellentes ont alerté les sirènes européennes et selon les médias transalpins il semblerait que Torreira ne portera plus la tunique de la Sampdoria la saison prochaine, il pourrait même quitter l’Italie pour l’Angleterre ou l’Allemagne.

Le joueur à suivre : Rodrigo Bentancur (Juventus, Uruguay)

C99SBkxXYAAGOsc.jpg

A tout juste 20 ans, Rodrigo Bentancur participera à son premier mondial avec les seniors, après un mondial U20 où il avait fait parler tout son talent, la Juventus a décidé de débourser dix millions d’euros pour la pépite uruguayenne. Logiquement remplaçant à la Juve, il a tout de même participé cette saison à 25 rencontres. Un total qui peut s’expliquer, par une adaptation nécessaire dans un nouveau championnat et sur un nouveau continent. Cela peut également s’expliquer du fait qu’il y a de la concurrence à son poste avec Matuidi, Pjanic, Khedira ou encore Marchisio. Néanmoins à chaque apparitions le tout jeune milieu, a démontré sa classe ainsi que son talent. Capable de jouer court, long, il sait orienter le jeu tel un numéro 10, on peut dire qu’il est une sentinelle moderne. Malgré le fait qu’il ait juste terminé sa troisième saison en professionnel, l’ex-joueur de Boca Juniors montre beaucoup de maturité dans le jeu, une qualité qui a séduit Óscar Tabárez, au point d’en faire l’un de ses titulaires dans son milieu de terrain. Pour toutes ces raisons il est le joueur à suivre dans cette sélection, car ce mondial pourrait lui faire passer un cap à tous les niveaux, que ce soit avec la Vecchia Signora et avec l’Uruguay. On peut qualifier Rodrigo Bentancur de promesse, ou le voir comme un futur titulaire avec la Juventus, en attendant chacun de ses matchs est un plaisir visuel. Sa faible expérience (sept sélections) sera très peu perceptible au vu de la maturité qu’il affiche. Va-t-il encore réaliser un mondial digne de celui des moins de 20 ans ? Élément de réponse dès le 15 juin.

Voici le onze probable de Óscar Tabárez pour ce mondial russe avec la présence de Bentancur, Laxalt, Vecino ainsi que Torreira et Caceres sur le banc.

uruguay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s