Calcio Mondial #3 : Bresil, Belgique, Costa Rica et Danemark

La très attendue Coupe du Monde 2018 arrive. L’occasion pour tout fan de football de profiter du soleil, des barbecues, des parties de foot entre amis et de voir son quotidien être rythmé par les différents matchs diffusés à la télévision. Certes l’Italie ne prendra pas part au Mondial 2018, mais les joueurs étrangers de Serie A de leur côté si. L’occasion pour nous de faire un point sur leur cas. Voici Calcio Mondial épisode 3, dédié à plusieurs nations ! Le Brésil, la Belgique, le Costa Rica ainsi que le Danemark.

Parlons d’abord de nos amis belges. La sélection de Roberto Martinez démarrera dans le groupe G comme favorite face à l’Angleterre, le Panama et la Tunisie.  Le sélectionneur espagnol de la formation belge aurait pu emmener dans ses valises 3 joueurs du championnat italien mais en a finalement écarté deux : Jordan Lukaku latéral de la Lazio et frère de Romelu ainsi que Radja Nainggolan milieu de terrain de la Roma. Si ce dernier apparaît comme un choix très discuté et discutable, Martinez se justifie parlant de choix tactique : « On a mis en place un système spécifique lors des deux dernières années. Et d’autres joueurs se sont imposés à la place où joue Radja. Radja joue un rôle essentiel dans son club mais je ne peux pas lui donner cette place en équipe nationale. Je sais qu’il est apprécié et populaire. Parfois je dois prendre des décisions difficiles pour le bien de l’équipe afin de gagner des matches. Radja n’est pas sélectionné pour des raisons purement tactiques. » Beaucoup évoquent cependant une mésentente entre le milieu et l’entraîneur. Du coup Roberto Martinez n’emmène que Dries Mertens, attaquant du Napoli.

mertens belgique.jpg

Dries Mertens auteur de 22 buts en 49 matchs cette saison sera cependant uniquement accompagné par Thomas Vermaelen ayant également évolué en Italie, à la Roma. L’attaquant de poche, autrefois ailier désormais reconverti comme numéro 9 par Maurizio Sarri qui devait trouver une solution suite à la blessure d’Arek Milik, a plutôt bien vécu son changement de rôle, sa carrière a même fait un bon en avant. Autrefois considéré comme un bon petit ailier loin des bases des tops mondiaux, il est désormais connu de tous les amateurs de football suite à ses deux belles saisons dans la peau d’un buteur. Cependant sa taille et sa force physique posent bien souvent problème. Problème dont-il n’aura pas à se soucier cet été car dans le 3-4-3 instauré par Martinez, Mertens évolue à l’instar d’Eden Hazard comme ailier, aux côtés de Romelu Lukaku qui lui évolue comme numéro 9. Avec 67 sélections derrière lui, il vivra cet été sa troisième compétition avec les diables rouges dont son deuxième mondial. C’est le moment pour lui et les siens de prouver que la génération dorée belge est apte à apporter de grandes émotions à la nation dans la plus belle des compétitions.

Belgique

Giancarlo González (Costa Rica)

giancarlo gonzalez.jpg
Giancarlo González

Giancarlo González, défenseur de Bologna et ex de Palermo s’envolera en Russie avec la sélection du Costa Rica pour tenter de réitérer l’exploit de 2014. Souvenez-vous, le Costa Rica modeste nation du football se voyait opposée à l’Italie, l’Angleterre et l’Uruguay dans le groupe dit « de la mort » au mondial brésilien. Et à la surprise générale c’est le pays d’Amérique centrale qui atteindra la première position du groupe en battant l’Uruguay et la Nazionale. Et à l’époque, Giancarlo était déjà là. Cette année, la mission semble être la même pour la sélection de Oscar Ramirez. En effet les Ticos défieront la Serbie, la Suisse et le Brésil. Des adversaires de poids. Il n’est cependant pas interdit de rêver, et nul doute que les Costariciens auront à cœur de bien faire, espérons que la charnière Acosta-González-Duarte censée protéger Keylor Navas saura repousser les nombreux assauts de Neymar ou de Milinković-Savić

Costa Rica

Jens Stryger Larsen, Andreas Cornelius (Danermark)

stryger larsen.jpg

Dans le groupe de la France il y a l’Australie, le Pérou, mais aussi le Danemark. Si l’on connait tous Christian Eriksen, Kasper Smeichel et le capitaine Simon Kjær ex défenseur du LOSC, de Palermo et de la Roma, le Danemark possède d’autres atouts. En témoigne sa douzième place au classement FIFA. Parmi eux Jens Stryger Larsen, défenseur latéral sous contrat avec l’Udinese. Baladé de défenseur central à latéral droit et même piston, le Danois n’a pas été vraiment à son aise cette saison, pourtant pour sa première saison en Italie, il s’est tout de même offert un but face à la Roma et une assist face à la Lazio. Malgré tout, Åge Hareide, le manager a décidé de l’emmener dans ses bagages direction la Russie faisant de lui son arrière droit dans le 4-2-3-1 danois.

Andreas Cornelius aussi effectuait sa première saison dans La Botte, sous les couleurs de l’Atalanta, et si cela a également été un peu compliqué, le géant (193cm) a montré de très belles choses. Le Danois était remplaçant cette saison notamment à cause d’une cornelius.jpgconcurrence féroce (Andrea Petagna, Josip Ilicic et l’idole de l’Atalanta Papù Gomez). Cela ne l’a pourtant pas empêché de marquer un doublé à Everton au Goodison Park lors d’une victoire 5-1 des Italiens en Europa League, ainsi que, à l’instar de Stryger Larsen, un but face à la Roma offrant les 3 points à l’Atalanta à l’Olimpico qui plus est (2-1). Cependant il n’a malheureusement plus marqué depuis le mois de janvier.. En ce qui concerne sa place en sélection, malgré 8 buts en 19 apparitions, Cornelius ne partira pas comme titulaire en Russie. En effet, Nicolai Jørgensen passe avant lui tandis qu’il luttera avec Kasper Dolberg pour une place de second numéro 9.

Danemark

Alisson Becker, João Miranda et Douglas Costa (Brésil)

Dans les vestiaires brésiliens nombreux sont ceux capables de parler italien. Pourtant pas italophone, le Brésil prend la route de la très froide Russie avec 3 joueurs du championnat italien ainsi que 3 ex-membres de la belle Serie A (Philippe Coutinho qui évoluait à l’Inter, Marquinhos qui a explosé à Rome ainsi que Thiago Silva qui s’est fait un nom à l’AC Milan). Sur les trois internationaux brésiliens encore en Serie A deux débuteront le mondial dans le rôle de titulaire. Premièrement c’est Alisson Becker qui sera chargé de garder les cages de la Seleção inviolée au grand dam des pro-Ederson. Le portier romain a effectué une très belle saison, le départ de Szczęsny pour la Juve l’ayant propulsé comme titulaire de la Louve, Becker a su satisfaire les tifosi et observateurs en faisant même mieux que le portier polonais qui avait déjà placé la barre assez haute. Des performances de grandes classes en Ligue des Champions (contre l’Atletico notamment) et en Serie A (où il a dégoûté le Napoli avec pas moins de 13 parades effectuées dont 6 face au seul Lorenzo Insigne lors d’une victoire 4-2 des siens au San Paolo). Fort sur sa ligne, explosif, avec un jeu au pied au dessus de la moyenne des gardiens de but, le Brésilien arrive gonflé à bloc après une demie-finale de Ligue des Champions et une troisième place de Serie A. Il aura été sur un tel nuage toute la saison qu’il s’est même permis de nombreux dribbles dégoûtant tout ceux essayant de lui subtiliser le ballon.

alisson bresil.jpg

La sélection Auriverde comptera également sur João Miranda qui formera la charnière centrale aux côtes de Thiago Silva. En effet le sélectionneur Tite ne reconduit pas la charnière parisienne (Silva-Marquinhos) préférant le défenseur interiste de 33 ans qui devrait jouer sa dernière compétition avec le Brésil. Cette saison Miranda a été auteur d’une très belle prestation dans l’ensemble. Aux côtés de Milan Škriniar, il a été l’un des meilleurs défenseurs du championnat italien. L’Inter grâce à ces deux hommes et Samir Handanovič n’a par conséquent encaissé que 30 buts faisant d’elle la quatrième meilleure défense de Serie A avec seulement 1 but encaissé de plus que le Napoli et 2 que la Roma. Miranda sera cependant certainement moins titulaire la saison prochaine avec l’arrivée gratuite de Stefan de Vrij. A moins que Spalletti n’utilise la défense à 3 qui sait ? Une chose est certaine, Miranda et Silva représentent l’une des plus belles charnières de ce mondial et peu d’entre elles peuvent se targuer d’être aussi complémentaire.

Lui sera remplaçant, et pourtant il fut l’un des hommes forts du sprint final dans la course au Scudetto de la Juventus cette année, lui c’est Douglas Costa et sa malédiction s’appelle Neymar. Car oui, s’il est ultra talentueux, facile techniquement et permet bien souvent de faire la différence en trouvant des failles dans la défense adverse, il a le malheur d’évoluer au même poste que la méga-star du football brésilien et mondial. Douglas aura sûrement l’occasion de rentrer à plusieurs reprises afin d’achever des défenseurs déjà épuisés.

Bresil

 

Merci à @SuperligaenF pour ses précieuses indications concernant la sélection danoise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s