Douglas Costa: «Allegri m’a transformé en un meilleur joueur»

Le fulgurant brésilien de la Juve, Douglas Costa s’est livré à la Gazzetta dello Sport, il parle de sa formation, du rôle de chacun de ses entraîneurs et de son acclimatation à la Juventus.

085628704-afa53eea-3524-4b44-b6e1-62791ed156b2.jpg

Acclimatation – Au début c’était dur, je n’arrivais pas à jouer à mon niveau, puis j’ai progressé, même si je dois encore m’améliorer dans la finition. Le plus beau compliment pour moi c’est d’être la hauteur pour la Juve. Dybala m’a accueilli à la Juve comme si on se connaissait depuis toujours, pareil pour Alex Sandro, ils m’ont permis de comprendre que j’avais le niveau pour faire la différence dans ce championnat, je m’entends aussi très bien avec Higuain. Au Shakhtar, Luiz Adriano avait dit que j’étais le meilleur ami du numéro 9, c’est vrai (rires), comme au Bayern avec Lewandowski, cette saison je fais plus de passes décisives depuis la phase retour du championnat mais je ne suis pas encore satisfait, c’est une saison d’apprentissage pour moi.

Formation et Futsal – Le futsal m’a bien influencé. Je suis entré au Gremio à 12 ans, le matin je m’entraînais et le soir j’allais jouer avec l’équipe de futsal du coin, je dois beaucoup à ce sport, j’aime le style, c’est rapide avec des passes courtes et le jeu ne s’arrête jamais. Il y a beaucoup de ça dans mon jeu. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un de plus rapide que moi, pas même quand j’étais jeune. En Allemagne, un ami m’a appelé Flash pour rigoler et puis ce surnom est resté, ça me plait.

Influences – Lucescu au Shakhtar m’a recruté à 19 ans, il m’a appris à me comporter en homme sur le terrain, le respect des coéquipiers et à être déterminant en attaque. Guardiola a parié sur moi, il m’a acheté en Ukraine, il me voulait depuis un moment mais les dirigeants en demandaient trop. C’est l’entraîneur qui a le plus changé mon style, il m’a convaincu que je pouvait faire partie des joueurs les plus importants au monde. Ancelotti, je n’ai travaillé que quelques mois avec lui parce que j’ai eu quelques blessures cette saison là et quand je suis revenu il avait son équipe, mais il m’a fallu peu de temps pour comprendre que c’est un entraîneur de caractère, je l’apprécie car il te dis les choses en face. Grâce à Allegri j’ai compris l’importance des ailiers en phase défensive. Il m’a transformé en un joueur meilleur car je commence à unir technique et tactique.

Interview complète disponible dans la Gazzetta dello Sport du 05/05/18

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s