Ünder the Rome

De la seconde division turque à la Serie A, du parfait inconnu au « Dybala turc », il n’a pas fallu longtemps à Cengiz Ünder pour se faire une place dans le paysage foot européen. Des promesses à confirmer, sans se brûler les ailes.

« Quand il est arrivé, je le voyais comme un supersub capable de faire la différence en fin de match. Aujourd’hui c’est un titulaire en puissance. » Si l’entraîneur de la Roma, Eusebio Di Francesco, n’a pas installé Cengiz Ünder à une place de titulaire dès son arrivée, il a vite compris l’importance que le Turc allait prendre dans l’équipe. En arrivant dans la ville éternelle à l’été 2017, Ünder savait déjà qu’il gagnerait cette place. Le directeur sportif de la Louve, Monchi, lui avait déjà promis avant son arrivée qu’il ne serait pas juste un supersub.

« Cengiz a toujours joué pour des équipes qui le considèrent comme un joueur de l’équipe première. » – Ömer Koray Uzun (agent d’Ünder)

Pour rejoindre la Roma et son nouveau projet, Ünder a décliné l’offre de Manchester City, actuel leader de la Premier League. Le départ de Mohamed Salah en Angleterre a aussi ouvert la porte au jeune turc : « Avec la vente de Salah, l’équipe est devenue plus adaptée à mes caractéristiques. »

Une place qu’il n’a pas tardé à récupérer. Profitant des blessures de Perotti et El-Shaarawy, Ünder fait rapidement son trou. Début février il inscrit son premier but giallorosso contre l’Hellas Verona (victoire 1-0). Puis il ne tarde pas à confirmer : un doublé contre Benevento, un but contre Udinese et face au Shaktar en Ligue des Champions. Le quatre à la suite. Véritable atout pour Di Francesco, le Turc score encore lors de la victoire romaine à Naples (4-2), puis en sélection turque contre le Monténégro (son quatrième but en huit sélections).

View this post on Instagram

Abi-Kardeş 💪🏻🇧🇦🇹🇷 #DajeRoma

A post shared by Cengiz Ünder (@cengizunder) on

Ünder control 

Propulsé pro à 17 ans, Cengiz Ünder fait partie de ces jeunes diamants à polir. De l’Altınordu FC en deuxième division turque, jusqu’à la Roma en passant par la Superlig avec Basaksehir, Ünder grandit vite. A maintenant 20 ans, il entre dans un des moments les plus difficiles de sa carrière. A Rome, chaque joueur peut passer du statut d’empereur à celui de paria. Ce n’est pas son compatriote Salih Uçan, prêté à la Roma par Fenerbaçe entre 2014 et 2016, qui dira le contraire, lui qui ne s’était jamais imposé aux yeux de l’Olimpico.

Avec la confiance de son entraîneur, entouré de joueurs confirmés comme Dzeko et sous le contrôle de Totti, Ünder a les cartes en main pour s’affirmer à Rome. « Edin est un grand attaquant, on parle souvent avant les matches et il me dit quoi faire quand la balle arrive » explique-t-il. Apprendre autour de ces grands joueurs sera la clé pour celui qui est déjà surnommé « le Dybala turc ». Même si c’est d’un autre gaucher qu’Ünder s’inspire : « J’ai grandi en regardant les vidéos de Messi. Je respecte beaucoup Cristiano Ronaldo mais Messi est le meilleur joueur du monde. »

Sa patte gauche affutée, Ünder n’a plus qu’à continuer sa progression sans brûler les étapes pour espérer la même carrière que son idole. Sa discrétion en dehors du terrain va dans ce sens. « C’est rare d’être talentueux, bosseur et humble en tant que footballeur, mais Cengiz a les trois qualités » affirme Ömer Koray Uzun, son agent. Tout ce qu’il faut à Rome pour être Ünder armour…

@PierreCaron31

 

Propos Bleacherreport, Asroma et Spor Arena Plus

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s