Politique et Calcio, Andreotti et l’influence à Rome

Le 6 mai 2013 Giulio Andreotti, ex-président du Conseil des ministres, s’éteignait à Rome à l’âge de 94 ans. Démocrate chrétien, homme politique le plus important de la seconde moitié du XXème siècle en Italie, Andreotti avait l’amour des mots et le sens de la répartie, en témoigne cette anecdote, ou Giancarlo Pajetta, député de l’opposition déclara que « le pouvoir use » ce à quoi répondit, celui qu’on surnomme Belzébuth : « Le pouvoir n’use que ceux qui n’en ont pas ». Les funérailles d’Andreotti se tinrent dans la capitale italienne, plus précisément dans l’église de San Giovanni dei Fiorentini. Près du cercueil il était alors possible d’apercevoir le drapeau d’un club pour lequel le très contesté homme politique a longtemps vibré, l’AS Roma. Durant les années 1980, la Roma a connu la plus belle période de son histoire, remportant son second titre de champion d’Italie et atteignant la finale de la Coupe d’Europe. Un homme a permis à cette Roma de défier les clubs du nord tels que la Juventus à l’époque, Dino Viola. Ce même Dino Viola qui avait été convaincu de reprendre la Roma d’Anzalone en 1979 par.. Giulio Andreotti. Très souvent contesté, notamment pour des histoires de collusion avec la mafia, ce dernier a parfois agit comme s’il était le président de la Roma. Retour sur un coup de téléphone décisif.  

andreotti.jpg

Paulo Roberto Falcao, Andreotti à l’origine d’un transfert avorté

Celui qui fut par sept fois président du Conseil avait au fil des années pris goût au pouvoir. Pour preuve, il déclara même à ce sujet : « Le pouvoir est une maladie dont personne ne veut guérir ». Andreotti a longtemps jouit d’une grande influence en Italie. Une longévité sans égal au pouvoir en Italie et un deuxième amour – la Roma – nous mène à cette histoire. L’affaire d’un transfert dans lequel l’homme politique s’est immiscé.

En 1983 après trois ans à défendre les couleurs de l’AS Roma, Paulo Roberto Falcao, joueur à qui l’on doit le nom de Radamel Falcao aujourd’hui, s’apprête à s’engager avec l’Internazionale de Giuseppe Bergomi, Walter Zenga, Giuseppe Baresi ou encore Alessandro Altobelli. Cependant le Brésilien ne portera finalement jamais la tunique du club nerazzuro. Ivanoe Fraizzoli, président de l’Inter à l’époque, avait appelé Dino Viola, patron de la Roma alors championne d’Italie. L’interista voulait parvenir à un accord avec le boss romain concernant la venue de Falcao qui avait déjà donné son accord et avait même signé un contrat en faveur du club de Milan. Tout était pourtant conclu mais c’était sans compter sur l’intervention d’un grand tifoso de la Roma : Giulio Andreotti.

andreotti falcao
Falcao, Andreotti et Dino Viola

Il confie la tâche à Franco Evangelisti. Le bras droit d’Andreotti et ex-président de la Roma (de 1965 à 1968) doit convaincre la mère du joueur avant tout. La mère étant très croyante, Evangelisti lui fait bien comprendre que même le pape Jean-Paul II serait très déçu de voir Falcao s’envoler pour Milan. En effet Jean-Paul II lui-même demanda à Andreotti « Falcao reste à Rome ? » lors d’une visite au Vatican. Suite à ça, Giulio Andreotti prend le relais. Grand ami de Dino Viola et du même bord politique (c’est d’ailleurs lui qui poussa Viola à se lancer en politique et rejoindre le part Démocrate Chrétien après le Scudetto de la Roma en 1983), Andreotti décroche son téléphone et contacte Fraizzoli. Durant la conversation, les deux hommes parlent davantage des intérêts économiques de l’homme d’affaires milanais que du transfert en lui-même, façon de faire comprendre au dirigeant de l’Inter qu’il aurait plus à perdre qu’à gagner en engageant le maestro brésilien. Un seul coup de fil suffit pour que Fraizzoli renonce à conclure ce transfert et invite ses collaborateurs, Sandro Mazzola notamment, à déchirer le contrat liant Falcao à l’Inter.

Lorsque Dino Viola mourut en 1991, c’est encore un ami proche de Giulio Andreotti, cette fois-ci Giuseppe Ciarrapico qui prit la Roma en charge. L’ex-président du Conseil et la Roma furent finalement toujours un peu liés, à l’image du calcio et de la politique en Italie.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s