Jorginho, un regista pour la Nazionale

Si le Napoli est réputé pour son football chatoyant et léché, c’est en partie grâce à un milieu de terrain qui allie technique, intelligence et combativité. Un homme en particulier illustre ce milieu aussi bien rodé, son nom: Jorge Luiz Frello dit Jorginho. Cet oriundo est né au Brésil en 1991 d’une famille brésilienne aux origines italiennes est l’une des pièces maîtresses du dispositif de Maurizio Sarri depuis son arrivée sur le banc napolitain. Au cours de cet article, nous retracerons son parcours de son enfance au sud du Brésil jusqu’à aujourd’hui où il est devenu l’un des meilleurs milieux de terrain de Serie A.

jorginho nazional.jpg

Une carrière internationale compliquée

Si Jorginho est un footballeur fournissant de très bonnes prestations en club depuis déjà quelques années, sa carrière internationale reste un point d’ombre dans son parcours. Disposant de la nationalité italienne depuis 2012, Jorginho peut choisir entre la Seleçao et la Nazionale. Ses performances ont étés scrutées par Antonio Conte, Gian Piero Ventura et Tite. A l’instar de Diego Costa avec l’Espagne il aurait pu évoluer aux cotés de Neymar, Coutinho et compagnie mais opte pour l’Italie malgré l’intérêt suscité par Tite. Ce dernier était pourtant confiant quant choix du milieu de terrain en expliquant cela: «Nous verrons ce qui se passera. Jorginho sait ce que nous pensons de lui et est conscient de son possible rôle chez nous». Le fait que Ventura le snobe plus ou moins en lui préférant l’expérimenté Daniele De Rossi mais également Marco Parolo et Marco Verratti provoque un débat car beaucoup de tifosi estiment qu’il a sa place de titulaire dans la sélection italienne et réclament la fin d’un système très contesté : le 4-2-4. Cela peut paraître très étrange qu’un joueur avec un tel talent, et au vu de ses performances, ne compte que 3 sélections dont une lors des deux matchs de barrages pour le Mondial 2018 face à la Suède. Barrages qui se clôtureront sur une élimination des italiens après une défaite en Suède 1-0 et un match nul à Milan 0-0.

Jeunesse au Brésil, débuts à Verona

La passion du football de Jorginho lui est apparue assez jeune car à cette époque, il était comme tous les autres jeunes garçons d’une dizaine d’années il jouait dans son quartier ainsi que dans le club local à Imbituba. Cependant, la transmission de cette passion ne lui est pas venue de son père ni de son frère mais bien de sa mère qui l’entraînait. Sa mamãe s’est donc muée en rôle de guide pour Jorge. Le milieu brésilien déclarait même à la Gazzetta Dello Sport : « Elle était footballeuse et m’amenait à la plage tous les jours quand elle finissait le travail. Elle était femme de ménage pour porter la famille, mais le football était sa grande passion. Nous restions des après-midi entières à travailler la technique sur le sable et sa détermination est devenue ma mentalité. Je joue au ballon grâce à elle ». Aujourd’hui, ces entraînements avec sa mère ont porté leurs fruits et l’ont amené à devenir le joueur majeur d’une grande équipe capable de produire un jeu divertissant et d’embêter de grosses écuries telles que la Juventus.

A 15 ans il choisit de quitter son Brésil natal et débarque en Europe. Plus précisément dans le nord de l’Italie à Verona. Dans la ville de Romeo et Juliette, Jorginho prend la direction du club de l’Hellas en 2007 afin de jouer avec les jeunes et le moins que l’on puisse dire c’est que ses entraîneurs étaient à l’époque quelques peu sceptiques quant a sa capacité à réussir en Europe. La faute à un physique qualifié de frêle. Cela ne l’empêche pas de gravir les échelons pas à pas. Jusqu’au jour où il atteint la Primavera (les U19). Néanmoins, pour se parfaire, il est prêté lors de la saison 2010-2011 en quatrième division italienne à l’AC Sambonifacionese à San Bonifacio, une petite ville à une trentaine de kilomètres de Verona. Son président de l’époque, Maurizio Mazzon à vu l’actuel milieu napolitain progresser sous son aile malgré sa maigreur. Il rapporte à France Football ces propos: « Il a tout de suite montré de l’engagement, du caractère, et a conquis très vite la confiance du coach. Il a continué de s’améliorer, surtout sur l’aspect tactique. Il a réussi à émerger à force de volonté. Il grandissait de jour en jour ». Au cours de cette saison 2010-2011, il joue 31 rencontres toute compétitions confondues, sur les 32 auxquelles ont participé les joueurs de l’AC Sambonifacionese, et marque un seul et unique but. Ce qui fait de lui un joueur majeur de son équipe. Un an plus tard, il revient à l’Hellas plus mature mais sans pour autant avoir joué de rencontres de hauts niveau puisque Sambonifacionese évolue dans la sphère amateure. Ce n’est pas un problème pour Andrea Mandorlini, entraîneur de l’Hellas Verona à l’époque, qui le place comme un titulaire indiscutable au sein du 4-3-3 mis en place par ce dernier. En effet, il prend part à 73 matchs de Serie B en deux ans et marque 4 buts mais le jeune milieu a aussi grandement contribué à la montée de son équipe en Serie A en 2013. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il continue d’impressionner les observateurs de match en match au point d’être suivi par quelques clubs de l’élite. Malgré ces intérêts grandissants il reste à Verona afin de découvrir la première division dans un environnement qu’il connaît déjà parfaitement.

La révélation à Verona et la quête de confirmation à Naples

verona.jpg

Pour sa première saison en Serie A, l’Hellas d’Andrea Mandorlini et de Jorginho démarre sur les chapeaux de roues accrochant une excellent sixième place à la trêve hivernale. Position classant le club gialloblu notamment devant l’ AC Milan se trouvant cette saison là dans une profonde crise. C’est d’ailleurs contre ce même Milan qu’il joue son premier match le 24 août 2013 qui se traduira par une victoire véronaise sur le score de 2 buts à 1. Son premier but interviendra le 25 septembre de cette même année face au Torino de Ventura sur penalty. Au cours de cette première partie éblouissante, Jorginho est accompagné d’un groupe de qualité avec notamment un buteur comme Luca Toni qui s’est refait une santé en signant à Verona mais également avec l’explosif Juan Manuel Iturbe prêté par le FC Porto, Emil Hallfredsson international islandais au milieu ou encore Romûlo un autre oriundo (alors aux portes de la Nazionale à l’époque). En 18 rencontres (toutes comme titulaires) avec l’Hellas, il inscrit 7 buts et délivre 3 passes décisives, des statistiques digne d’un milieu offensif. Ce rendement est dû à un positionnement plus haut dans le dispositif de Mandorlini au sein du 4-3-3 le tout en étant accompagné d’Hallfredsson et de Massimo Donati qui jouent plus bas au milieu. Par conséquent Jorginho mettait sa qualité technique au service de son équipe et cela permettait d’avoir un schéma préférentiel dans le jeu avec Iturbe et Toni. Il fournit des prestations de haut niveau pendant la première partie de saison 2013-2014 qui finirent par créer une demande de clubs tels que le Napoli, le Zenit et même de la Juventus.

En début d’année 2014, il opte pour le Napoli alors entraîné par Rafael Benitez et signe un contrat de 4 saisons et demi dans le cadre d’un transfert via le système de copropriété (un système n’étant désormais plus en vigueur) avec l’Hellas Verona. Contrairement à son expérience véronaise, il évolue dans une position plus basse dans un 4-2-3-1 avec l’entraîneur espagnol mais il est aussi confronté à une plus grosse concurrence. Notamment le milieu uruguayen Walter Gargano ainsi que le Suisse Gokhan Inler, ou encore le néerlandais Johnatan De Guzman, tous internationaux. Avec autant de milieux de qualité, Jorge devait gagner sa place et se sortir d’une concurrence dont il n’avait pas l’habitude tout en étant à un poste avec plus de tâches défensives. Il joue tout de même 15 matchs dont 12 titularisations mais Jorginho ne marque aucun but et délivre 1 passe décisive au cours de ces 6 premiers mois au pied du Vésuve.

 L’arrivée de Sarri à Naples: Décollage définitif de sa carrière

A son arrivée à l’été 2015, Maurizio Sarri l’installe au poste de milieu relayeur dans son 4-3-3 qui va finir par être immuable aux cotés de l’historique Marek Hamsik mais aussi du brésilien Allan. Jorge joue nettement plus et s’illustre par des grosses prestations en Serie A mais également en phases de poules d’Europa League. Il évolue dans une équipe avec le taux de possession le plus élevé du championnat (environ 60%) et qui a pour vocation de pratiquer un football offensif à base de passes courtes. Quelques records ont été battus par l’international italien dont le plus grand nombre de passes réalisées au cours d’un seul et même match avec un nombre de 218 passes. Jorge réalisa l’une de ses meilleures saisons de sa carrière avec 35 matchs de championnat joués dont 32 titularisations et monte en puissance de match en match. Il tente plus de passes qui font avancer le jeu de son équipe avec une moyenne de 1,9 passes clés contre 0,9 à 1,4 lors de son arrivée à Naples. Sans pour autant marquer plus de buts, il est un des principaux protagonistes de l’excellente deuxième place synonyme de Champion’s League en délivrant notamment 4 passes décisives.

Lors de la saison 2016-2017, il continue à évoluer à un grand niveau malgré des statistiques moins impressionnantes que la saison précédente avec 27 matchs de Serie A joués. Au cours de cette saison là, il découvre la Ligue des Champions et Naples se qualifie en 8ème de finale. C’est à ce stade de la compétition que les napolitains sortent non sans avoir démérité sur les 2 matchs et Jorginho en compagnie des siens ont fourni 2 bonnes prestations. Cependant, le Real, plus fort, gagne les 2 rencontres, à chaque fois sur le score de 3-1. A l’issue de cette saison là, le Napoli termine troisième du championnat synonyme de qualification pour un deuxième barrage en 4 ans après avoir lutté pour la seconde place avec la Roma jusqu’à la dernière journée.

jorginho

Cette saison, Jorginho et les siens comptent bien remporter le Scudetto voulant mettre fin à la domination bianconera. Il s’illustre avec son équipe en championnat par une première partie de saison en trombe qui permet à son équipe d’occuper la place de leader au mois de décembre. Cependant la campagne européenne tourne à la catastrophe: en effet en C1, ils échouent à la troisième place d’un groupe largement à leur portée composé de Manchester City, du Shakhtar Donetsk ainsi que de Feyenoord et se retrouve reversé en Europa League. Le parcours n’est pas plus glorieux dans cette coupe européenne car les hommes de Sarri sont battus par le RB Leipzig dès les seizièmes de finales (1-3,0-2). Avec 25 matches (tous comme titulaires) sur les 27 joués par son équipe Jorginho reste toujours un élément très important et est la véritable plaque tournante de son équipe: En effet, il est le joueur de Serie A ayant effectué le plus de passes en moyenne avec 96,6 passes en moyenne par match devant 4 de ses coéquipiers qui complètent le top 5 de cette même statistique. Cela démontre l’influence de l’international italien dans le collectif de son équipe, réputée pour sa volonté de jouer, car il se trouve dans une position où il est le dépositaire des clés du jeu napolitain.

Au Napoli il a su démontrer l’étendue de son talent et a su progresser dans un club avec beaucoup plus d’exigences, et ce avec humilité. Jorginho à franchi un palier en quittant l’Hellas. Même s’il aurait pu rester 6 mois supplémentaires car le choix du Napoli semblait alors risqué, le milieu brésilien semble avoir finalement fait le choix juste. En travaillant avec Rafael Benitez puis Maurizio Sarri au cours de sa carrière napolitaine Jorginho a connu deux méthodes bien différentes l’ayant forgé comme joueur. Avec des performances XXL comme souvent l’international italien voit sa cote enfler jusqu’à intéresser des clubs prestigieux tels que Manchester United et Liverpool. Le milieu de terrain compte bien évidemment s’imposer dans le 11 de la Nazionale aux cotés de Marco Verratti, Lorenzo Pellegrini et consorts. Jorge va certes fêter ses 26 ans en décembre prochain mais dispose encore d’une marge de progression encore suffisante pour continuer à régaler les amateurs de football italien par sa qualité de jeu qui espérons-le restera exceptionnelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s