Samir Handanovic « J’ai toujours eu la Ligue des Champions comme ligne d’arrivée »

Samir Handanovic s’est exprimé aux micros du Corriere dello Sport en marge de la rencontre opposant le Napoli à l’Internazionale. Le gardien slovène évoque le décès de Davide Astori, le Napoli ainsi que la mauvaise passe de l’Inter.

handanovic.jpg

NAPOLI – On doit penser à nous-mêmes, pas aux autres. Nous connaissons bien le Napoli, on sait comment ils jouent et quels sont leurs points forts. À l’aller, nous avons bien joué mais il nous manquait la dernière passe. A Naples, tu ne dois pas les permettre de jouer leur jeu, sinon ça devient difficile.

INTER – Ne pas aller en Champions League cette année serait un échec pour l’Inter ? C’est une éventualité qu’on se doit de ne même pas prendre en considération. On doit réagir et redevenir qui on était en première partie de saison. Que s’est-il passé après Décembre ? C’est notre mental qui a baissé. Il faut éviter d’écouter les rumeurs de médias sur le mercato, ça fait parti du job, mais nous, en tant qu’Inter, nous devons apprendre à refuser de les écouter de manière claire et nette. Plein de joueurs peuvent arriver ou partir, et tout cela affecte l’ambiance du groupe. Durant une saison,  il faut défendre le groupe en place. C’est contre-productif d’entendre toujours parler de nouveaux arrivants qui doivent prendre la place de ceux qui donnent tout pour l’équipe. Tout cela, à mon sens, nous a perturbé. Faisais-tu plutôt parti des personnes qui pensaient que l’Inter pouvait finir champion ou pensais-tu que la juste dimension de l’Inter était la lutte pour la Champions League ? Rêver, à ce moment là, était légitime, moi aussi j’y croyais. Mais dans ma tête, j’ai toujours eu la Champions League comme ligne d’arrivée, l’objectif fixé par le club depuis le début. On doit tous travailler pour atteindre ce but. Un changement de mentalité avec Spalletti ? Oui, je pense que c’est évident. Durant les 4 premiers mois, on a vu la force de caractère de tous les joueurs et la cohésion de notre groupe. Groupe désuni ? Notre groupe est aussi solide qu’en Décembre, rien n’a changé. Les mauvaises paroles se font entendre car les résultats ne sont plus les mêmes, mais la façon de s’entraîner et de rester ensemble n’a pas changée. Mes regrets cette saison ? Les buts concédés contre la Fiorentina et la Spal. Avec ces deux victoires, l’estime de nous-même serait différente. Mon rendement ? Je peux avoir une idée à l’heure actuelle, mais les conclusions se font à la fin de la saison. Ma plus belle parade ? Contre Bonaventura lors du derby

ASTORI – Tout le monde en parle, mais de comment je suis, et aussi par respect pour la famille, je suis resté silencieux car c’est le moment de le faire. Dimanche matin on était dans les vestiaires et on ne croyait pas à ce qu’il nous disait. « Mais comment c’est possible » a-t-on tous pensé. Les anciens joueurs de la Fiorentina (Vecino, Borja Valero) nous ont confirmé que la nouvelle était vraie. C’était un choc pour tout le monde. Cet événement tragique pouvait arriver à n’importe qui d’entre nous, une chose pareille te rappelle quelles sont les choses les plus importantes dans la vie.

L’interview complète de Samir Handanovic est disponible dans l’édition du Corriere dello Sport du 7 mars.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s