Giorgio Chiellini « Kane se classe dans les 3 ou 4 meilleurs attaquants du monde »

Le défenseur international italien Giorgio Chiellini s’est exprimé aux micros d’Il Giornale en marge du match Tottenham-Juventus en Ligue des Champions.

chiellini.jpg

Homme avant d’être joueur. Depuis toujours. Comme le démontre le master en Business administration.

Je l’ai fait pour moi. C’était un de mes projets depuis le lycée, quand je ne pouvais pas imaginer que j’aurais joué à ce niveau. J’ai voulu me prouver que, si tu veux atteindre un objectif, tu l’atteints. Je ne sais pas si j’utiliserais un jour ce que j’ai appris, mais elles sont utiles à l’homme que je suis.

C’est un message pour les jeunes ? 

Je pense que beaucoup de jeunes, pas uniquement en Serie A, commencent à comprendre l’importance des études. Aujourd’hui, les universités aident également les sportifs avec des cours ad hoc.

Dans le foot également, on voit votre volonté de constamment s’améliorer 

C’est l’essence même du champion. Pour atteindre un certain niveau, tu dois avoir une volonté quotidienne, parce que la nature ne distribue ses dons que jusqu’à un certain point. L’exemple, ce sont les deux extraterrestres Messi et Ronaldo, qui ont même su changer leur façon de jouer au football.

Kane, c’est du niveau des extraterrestres ? 

On parle d’un joueur qui se classe dans les trois-quatre meilleurs attaquants du monde.

Vous le retrouverez à Wembley, où il faudra un exploit 

La Juve doit se comporter « da Juve ». Si on joue comme on sait le faire, on gagne. Tottenham est tournée vers l’attaque, a de belles qualités dans le jeu mais peut concéder des opportunités. Ils n’iront pas à l’abordage, mais on ne change pas sa façon de jouer en un jour.

Physiquement, vous n’êtes pas au top 

On espère avoir le plus de joueurs possible à disposition, pour avoir plus de solutions en cours de match. Ils ont un léger avantage : ils ont marqué deux buts chez nous, ce qui prouve quelque chose. Mais tout reste ouvert et ils en sont bien conscients.

« Votre défense sera décisive. »

On est mieux préparés, parce qu’après le match aller, on les connaît un peu mieux. En attaque, ils ont quatre joueurs qui sont éclectiques. On ira à Londres avec équilibre, sans slogan. Ça a toujours été notre force.

Quand signerez-vous la prolongation de contrat ? 

On le fera, mais on pense d’abord au terrain. Juventino à vie ? Après ces deux autres années, je ne pense pas qu’il restera suffisamment de temps pour d’autres expériences. J’aurais 34 ans en août…

Vous avez dit que c’était votre meilleure saison. 

Je ne pensais pas réussir à maintenir ce niveau. Je n’ai pas l’explosivité d’il y a dix ans, mais je suis arrivé à maturité : tu gagnes tellement en expérience que tu réussis à moins te fatiguer. Si je fais moins de fautes ? Peut-être parce que je gaspille moins d’énergie et reste plus lucide. J’ai trouvé un bon équilibre, mais c’est toute l’équipe qui aide l’individu.

Le concept d’équipe revient souvent dans vos discours. 

Nous sommes comme plein de petites entreprises. C’est normal que l’on défende nos intérêts, mais seul tu ne vas nulle part, et tu finis par te nuire à toi-même. Au final, ton entreprise s’améliore si l’équipe obtient de bons résultats. L’alchimie est difficile à retrouver, mais c’est ce qui te rend le plus efficace.

Comment fait la Juventus pour perpétuellement trouver cette alchimie ? 

Chaque année est différente, avec de nouvelles arrivées, et c’est ce qui rend le tout difficile. Ce n’est pas grâce au noyau dur. Ce qui est le plus important, c’est la mentalité, le club. L’âme et la mentalité de gagnant. Ensuite, en bien ou en mal, en découle tout le reste. À la base, il y a la programmation.

En parlant de choses qui vont mal, la Nazionale revient dans deux semaines. 

On ressent un vide dans l’estomac, qui ne s’est absolument pas effacé ces derniers mois. La chance que l’on a, c’est que l’on est trop occupés pour y penser. J’ai parlé à Di Biagio. On reviendra à Coverciano de par notre sens des responsabilités.

Que pensez-vous des critiques à l’encontre de Buffon, qui ne veut pas s’arrêter ? 

Le football est beau parce que tous peuvent en parler. Je pense que le choix de Gigi est le bon. Et ce n’est pas pour le brosser dans le sens du poil, car personne d’entre nous n’a besoin d’être contenté. Il faut faire les choses graduellement. Tu ne peux pas tout changer simplement parce que tu as perdu un match. D’ici à juin, ce sera comme ça. Ensuite, on verra qui sera le sélectionneur et certains choix seront faits.

Allegri en un mot ? 

Intelligent. Il n’a aucun souci avec le fait de nous affronter entre quatre yeux. Tous. Et il a cette faculté d’interpréter les matchs, chose qui ne s’apprend pas.

L’interview complète est disponible dans Il Giornale du 6 mars.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s