João Cancelo « Spalletti est un entraîneur de renommée mondiale »

« On ne parle pas d’égoïsme mais aucun joueur est content quand il ne joue pas. -Explique Cancelo- Je n’étais pas déçu du fait que je ne jouais pas mais plus déçu de moi même. Mais ce moment à fini par arriver, j’ai su saisir l’occasion et j’essaye de faire de mon mieux pour le collectif. » Par ces mots João Cancelo fait part de sa motivation dans une interview accordée à la Gazzetta dello Sport en marge du derby della Madonnina dimanche 4 mars.

joao cancelo.jpg

Comment va l’Inter ?

Nous ressentons un peu de stress quant au fait de produire du beau jeu. Je pense que ce stress est contagieux. Nous faisons tout pour redevenir ce que nous étions.

Le stress est aussi présent pour le derby de dimanche ?

Comme nous disons au Portugal, un derby ça se gagne, ça ne se joue pas. Gattuso fourni un excellent travail. J’ai vu quelques matchs du Milan, ils ont progressé d’un point de vue défensif et ils sont plus compact. Calhanoglu et Suso sont deux joueurs de très haut niveau. Le Milan possède un milieu de terrain de très haut niveau, c’est une bonne équipe.

L’Inter aussi…

Nous sommes une grande équipe et nous ferons tout pour gagner. Nous avons l’effectif nécessaire pour atteindre la Ligue des Champions. Il nous faudra travailler, c’est facile de parler mais il faut le prouver sur le terrain. On travaille ardemment pour pouvoir atteindre cet objectif.

Tu t’améliores d’un point de vu personnel grâce à l’Inter ?

Le championnat Espagnol est plus technique que celui italien. Mais ici le championnat est plus difficile. D’un point de vue personnel, j’ai appris énormément de choses nouvelles. D’un point de vue purement individuel, c’est une année de haut niveau et j’espère que cela puisse l’être aussi d’un point de vue collectif.

Quel type d’entraîneur est Spalletti ?

Un entraîneur de renommée mondiale, il nous aide beaucoup. J’ai beaucoup appris à ses côtés et je lui suis reconnaissant. Il est fort, il nous fait travailler dur et cherche toujours à produire du beau jeu.

Vous êtes un produit de Benfica…

C’est mon équipe de cœur. Je suis allé à Valence où j’ai commencé à comprendre ce qu’est le football professionnel. Ce sera mon club Espagnol pour le restant de mes jours. Aujourd’hui je suis à l’Inter, un club à rayonnement international, avec une dimension complètement différente, avec des supporters très passionnés.

C’est quoi pour toi le Portugal?

Je suis très fier de mon pays, nous sommes un petit pays mais nous avons de nombreux joueurs de grande qualité. Ce n’est pas par hasard que nous avons le meilleur joueur du monde (Ronaldo), celui de Futsal (Ricardinho) et de beach soccer (Madjer). Nous sommes champions d’Europe de football et cela montre que nous sommes un peuple humble mais que nous réussissons à faire valoir nos qualités.

Vous avez été entraîné par Prandelli: que vous a t-il apporté ?

Hormis l’impact qu’il a eu sur ma carrière, ce qui m’a le plus marqué c’est l’homme qu’il est, un grand Monsieur. Il te donne confiance en toi.

Dimanche tu affronteras André Silva.Vous vous êtes parlé ces derniers jours ?

Non ces derniers jours silence radio (il sourit). Un très bon joueur et une très bonne personne mais nous ne pouvons pas parler maintenant.

Si je vous fais voir la photo de Prince et Tayson, vos chien, que pouvez-vous me dire ?

Un regard suffirait. Ceux sont mes fils, ils sont à Barreiro et ils me manquent énormément. Cela peut paraître étrange mais je donnerai ma vie pour eux.

Milan vous a conquis ?

La ville m’a impressionnée, elle est splendide. En comparaison avec Lisbonne, il manque la mer et il fait plus froid mais c’est magnifique de marcher du Duomo au château.

Nous avons tout vu de Cancelo ?

On peut toujours progresser. La chose la plus importante, c’est l’équipe et de pouvoir aider le collectif à atteindre ses objectifs.

Vu le métier que vous faites, vous vous sentez privilégié ?

Bien sûr, peu de personnes dans le monde font ce qui leur plait tout en étant bien payé. Mais je n’oublierais jamais d’où je viens. J’ai la chance de pouvoir aider mon père et mon frère.

Que pensez-vous de la lutte pour le Scudetto ?

Je suis pour le beau jeu et le Napoli est une équipe qui pour moi pratique le beau jeu. La Juventus est très forte pour défendre, une équipe typiquement italienne, difficile à jouer .Je suis fan de Koulibaly.  Bien sûr j’exclus mes coéquipiers.

Milan, Napoli et la Sampdoria: c’est préférable d’avoir un calendrier relevé ? 

Je pense que oui. Les petites équipes sont plus difficiles à manœuvrer, elles défendent bien et possèdent des joueurs de qualité. Les matchs importants sont difficiles mais tu as toujours de l’espace et tu évolues devant un public en feu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s