Ciro Immobile, l’aigle prolifique

Neymar, Messi, Lewandowski, Agüero, Ronaldo. Tous ces joueurs ont un point commun, ils ont marqué cette saison moins de buts en championnat que Ciro Immobile (seul Neymar a un ratio similaire d’un but par match). Et si l’attaquant italien fait peu parler de lui en dehors de l’Italie, celui-ci affiche néanmoins des statistiques exceptionnelles.

Des débuts fracassants 

2509993_w1

Formé au Sorrente Calcio puis à la Juventus, Ciro Immobile fait ses débuts en tant que joueur professionnel avec la Juve lors de la saison 2009-2010. C’est en effet à l’âge de 19 ans, que pour pour sa première apparition en Serie A, le jeune attaquant rentre en jeu à la place d’une légende du club bianconero : Alessandro Del Piero, la symbolique est forte.

Lors de la saison suivante, Immobile ne prend part qu’à 4 matchs avec la Vecchia Signora. C’est donc logiquement qu’il est prêté dans le but de s’aguerrir en ayant un temps de jeu plus important, ce qui demeure capital pour le développement d’un jeune joueur. Après 2 prêts peu fructueux en Serie B à Sienne puis Grossetto, Immobile débarque à Pescara pour l’exercice 2011-2012. C’est la saison de l’explosion pour l’attaquant italien. Sous la houlette du fantasque entraîneur Zdenek Zeman, Pescara remporte le titre de Serie B, notamment grâce à son tonitruant trio composé de Marco Verratti, Lorenzo Insigne et Ciro Immobile. Force est de constater que ce dernier est un grand artisan du succès du club des Abruzzes puisqu’il est capocannoniere (meilleur buteur du championnat) avec la bagatelle de 28 buts inscrits. Cette performance expose sous les projecteurs son potentiel ainsi que ses qualités indéniables. Immobile est un joueur complet, redoutable finisseur; doté d’un grand sens du but; adroit des deux pieds; bon techniquement et physiquement, il a tout de ce que l’on peut définir comme l’attaquant de pointe moderne.

Bien évidemment, le nouvel espoir italien est très attendu, c’est pourquoi les tifosi espèrent le voir confirmer et réitérer ses performances à l’échelon supérieur, la Serie A. Pour la saison 2012-2013, Immobile signe au Genoa. Son bilan n’est pas fameux et déçoit puisqu’il ne marque que 5 buts en 33 matchs de championnat. Après cette saison très moyenne d’acclimatation en première division, Immobile rejoint le Torino durant le mercato estival. Pour lui, c’est enfin l’année de confirmation. L’attaquant donne à voir l’étendue de son potentiel et termine capocanonniere de la Serie A avec 22 buts marqués. Il forme un excellent duo avec Alessio Cerci, à l’origine de bon nombre de ses buts. Ainsi, avec ce statut de capocanonniere il rentre dans le cercle très fermé (13 joueurs) des joueurs qui ont successivement terminé meilleurs buteurs de Serie B et Serie A, tout cela à 24 ans. Le sélectionneur italien Cesare Prandelli lui ouvre par ailleurs les portes de la Nazionale pour le récompenser. Malgré une titularisation lors du dernier match italien de la compétition contre le Costa Rica, Immobile reste impuissant et ne change rien à l’élimination italienne en phase de poules de la Coupe du Monde 2014.

Par conséquent, après cette saison de haute volée, Ciro attire la convoitise de grands clubs européens.

 

Le mal du pays 

ciro-immobile-borussia-dortmund_1uyzqj5q9ll9a1frsm8bngs7ic

 

Son excellent exercice 2013-2014 le conduit à signer au Borussia Dortmund pour la somme de 18,5 millions d’euros. C’est la première fois que l’international transalpin joue dans un club étranger. Ici, il a la lourde tâche de remplacer l’ancienne vedette de l’équipe partie au Bayern, l’attaquant polonais Robert Lewandowski. La pression est alors de taille pour Immobile. Hélas, la saison de l’italien est un échec.  Il a en effet du mal à s’intégrer au football allemand et ne marque que 3 buts en 24 matchs de Bundesliga, ce qui demeure un total catastrophique vis-à-vis des attentes suscitées par l’ancien joueur de Pescara . Dortmund termine 7ème du championnat et les critiques sur Immobile fusent. En plus des plaintes sur son niveau de jeu, il  est accusé de n’avoir jamais fait l’effort de s’intégrer à la vie allemande. Ciro lui-même qualifie cette année de « perdue ».

Désireux de sortir de ce « bourbier » où il a la plus grande des peines à s’imposer, Immobile change d’air et signe pour la saison 2015-2016 au FC Séville. En Espagne, il espère retrouver le chemin des filets et de la continuité dans ses performances. Cependant, cet espoir est vite enterré puisque le natif de Torre Annunziata ne s’insère pas dans le système andalou proposé par l’entraîneur Unai Emery. L’italien ne dispute au terme de la moitié du championnat que 8 matchs au cours desquels il marque 2 buts. La carrière d’Immobile est en chute, il n’a que que 25 ans et se doit de réagir s’il souhaite donner à voir de nouveau le grand potentiel entrevu auparavant.

 

Le renard sur ses terres 

gettyimages-901834874

Après deux échecs successifs à l’étranger, Immobile prend la meilleure décision pour la suite de sa carrière, celle de revenir jouer dans le seul pays où il a jusqu’à présent brillé, l’Italie. Lors du mercato hivernal 2015-2016,  le buteur fait son retour au Torino. Sur des terres connues, le finisseur se remet en jambe et termine la saison avec 5 buts en 14 matchs joués. Si cela ne parait pas exceptionnel, c’est néanmoins suffisant pour lui assurer une place dans les 23 italiens sélectionnés par Antonio Conte pour l’Euro 2016. Lors de la compétition qui se déroule en France, Ciro joue très peu, mais le simple fait de prendre part à l’aventure est bénéfique pour lui.

En échange de 8,5 millions d’euros, Immobile rejoint la Lazio pour la saison 2016-2017. Celui-ci a compris qu’il n’est jamais meilleur que quand il joue en Italie, et veut disputer une saison entière dans ces conditions dans le but de réitérer ses performances passées. C’est une année de consécration pour le renard des surfaces qui fait taire les critiques en terminant pour la troisième fois de sa carrière, meilleur buteur du championnat, avec 23 buts. Immobile a à cœur de faire une saison de cet acabit en 2017-2018 car il n’a jamais enchaîné deux grosses saisons de suite. Le n°17 des  biancocelesti fait  mieux et met la barre encore plus haute puisque aujourd’hui, après 22 matchs de Serie A, il a marqué 22 buts, soit une moyenne d’un but par match, ce qui est stratosphérique. En Europe, seuls Edinson Cavani et Harry Kane ont marqué plus de buts (23 pour les deux), toutefois, ces derniers ont joué plus de matchs que l’italien, et disposent d’un ratio buts/match inférieur.  Le coach des laziali, Simone Inzaghi fait de lui l’atout offensif de l’équipe, Immobile est le terminus d’un collectif rodé autour de lui. Quand le bomber n’est pas là, cela se ressent sur le jeu de la Lazio, ce qui montre qu’il est devenu indispensable. De plus, Immobile n’est pas qu’un simple buteur, puisqu’en Serie A, il a délivré 9 passes décisives, ce qui fait de lui le deuxième meilleur passeur du championnat juste derrière Gaston Ramirez (Sampdoria, 10 passes décisives), un chiffre impressionnant !

À désormais 28 ans, Ciro Immobile est un attaquant qui lorsqu’il est en confiance a un niveau de classe mondiale. Pour s’épanouir, il a besoin de se sentir bien et important dans le club là où il joue. Une fois lancé, le buteur est inarrêtable. Quel dommage que l’équipe d’Italie ne soit pas qualifiée pour la Coupe du Monde 2018, car Ciro aurait pu être l’arme fatale de la Nazionale.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s