Il faut sauver le sorcier Benevento

Promu en Série A, le Benevento Calcio a déjà marqué le championnat de son empreinte. Lancés dans une inespérée opération maintien, les sorciers giallorossi peuvent, et veulent encore faire parler d’eux. 

Il était une fois un club créé en 2005 qui allait rapidement marquer l’histoire de la Serie A, et celle du football européen. Nous sommes le 27 novembre 2017, le Benevento Calcio (héritier du Sporting Benevento, disparu suite à une faillite) enchaîne sa quatorzième défaite de suite en Serie A. Un triste record qui braque les projecteurs sur le promu italien : Les Giallorossi font pire que Grenoble (12 défaites en 2009-10) et Manchester United (12 défaites en 1930-31). Le record de revers consécutifs en Italie était jusqu’ici de huit, il était détenu depuis presque 70 ans par le Venezia Calcio.

Un sorcier nommé Brignoli

En écrasant ces -tristes- records, gli stregoni (les sorciers en italien) avaient déjà de quoi faire parler. Mais pour s’assurer de rester dans l’histoire du Calcio, Benevento choisit la meilleure victime possible pour s’octroyer son premier point. Quelques jours après une défaite contre l’Atalanta (0-1), les hommes de Di Zerbi (remplaçant de Baroni en cours de saison), reçoivent le Milan AC et son nouveau coach Gennaro Gattuso. Menés à la mi-temps, les sorciers parviennent à égaliser, mais Milan repasse rapidement devant peu avant l’heure de jeu. Une nouvelle fois, l’odeur de la défaite commence à se faire sentir au stade Ciro Vigorito. Le temps réglementaire terminé, les tifosi semblent pourtant toujours y croire. À raison puisqu’à la cinquième minute du temps additionnel surgit Alberto Brignoli. Comme la sorcière sur son balai, le portier de Benevento s’envole et place une tête imparable, synonyme d’égalisation. Symbole d’une motivation jamais perdue, Brignoli offre à son club son premier point et met fin à la malédiction.

« Ça fait mal. Il aurait mieux valu prendre un coup de couteau qu’un but pareil » déclare Gennaro Gattuso. Une référence à l’athamé, célèbre poignard des sorcières ?

La magie Diabaté ?  

Au crépuscule de 2018, Benevento enchaîne sa deuxième victoire consécutive en battant la Sampdoria (3-2), après sa victoire la veille du réveillon de Noël contre le Chievo Verona (1-0). Ayant marqué peu de buts en première partie de saison (10 buts), Benevento se renforce et enrôle une icône près de la Garonne et en Moselle : Cheick Diabaté (en prêt en provenance de Osmanlispor FK). Il ne faut que 13 petites minutes pour que le Malien donne raison à ses dirigeants. Pour son premier match, sur son premier tir, Diabaté donne la victoire aux siens face à Crotone (3-2), concurrent direct au maintien. Troisième succès de la saison. 

(Re)lire : Analyse tactique, focus sur Sandro (Benevento)

Sauveur du FC Metz l’an dernier en marquant 8 buts en 14 matchs, le géant malien (1m94) connait sa mission en Campanie. Déjà adopté par les tifosi, Diabaté a encore l’occasion d’accroître sa popularité avec son caractère atypique, mais surtout en prenant les commandes de l’attaque giallorossa. Son transfert en Italie a de nouveau mis en lumière son nouveau club, au moins en France où il est devenu une icône. Il lui reste à présent 12 journées pour essayer d’accomplir la folle mission maintien dans laquelle Benevento s’est engagé.

Pour sa première saison dans l’élite le Benevento Calcio a d’ores et déjà marqué l’histoire du championnat. S’il parvenait à déjouer les pronostics et arracher son maintien, les bookmakers crieraient à la sorcellerie… Reste à voir si le grimoire des stregoni détient la formule magique pour y arriver.

©PierreCaron31

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s