Roma, Totti « Sur le marché actuel, j’aurais coûté 200 millions d’euros »

Francesco Totti l’ancien capitaine giallorosso s’exprime à nouveau et avec une émotion inchangée aux micros de Sky, pour un épisode spécial du programme «I signori del calcio». Le capitaine historique de la Roma raconte comment sa décision concernant le fait de prendre sa retraite fût compliquée et nous raconte aussi la manière dans laquelle il s’accommode à son nouveau rôle de dirigeant.

totti.jpg

« J’ai réussi à faire la transition entre footballeur et dirigeant et je l’ai faite avec la mentalité, l’harmonie et l’intelligence d’une personne mature. J’ai grandi et je mourrais sur le terrain. »

Spalletti ? « J’aurais préféré clôturer ma carrière d’une autre manière. Si j’avais été à sa place, j’aurais géré le footballeur, mais surtout la personne en elle-même d’une autre manière: je serais allé le voir et j’aurais demandé des explications, j’aurais communiqué. »

« L’offre la plus concrète pour partir de Rome fut celle du Real Madrid en 2003-2004. J’ai fait un choix bien précis: Vêtir le même maillot tout au long de ma carrière quitte à exclure le fait de gagner énormément de trophées. À la fin j’ai tout gagné: Amour et passion qui pour moi sont deux choses beaucoup plus importantes que de gagner des trophées ailleurs. Pour la Roma je me suis donné à 101%,parce que j’ai fait de la Roma, ma priorité, en la faisant passer avant ma propre personne ou ma vie privée. La Roma représentait tout. Il me manque juste le Ballon D’or parce que en jouant avec la Roma j’étais conscient d’avoir moins de chance de le remporter par rapport aux joueurs évoluant dans des clubs comme le Real Madrid, la Juventus, le Milan… Ils avaient plus de visibilité à l’international. Moi avec la Roma j’ai gagné un Scudetto, une super coupe et une coupe d’Italie, c’est donc pour cela que je n’avais pas les armes pour lutter avec eux. »

Un autre Totti ? « Je ne pense pas qu’un autre Totti existe, un joueur qui puisse rester pour toujours à la Roma. De nos jours, le business prédomine. Difficilement un jeune issu du centre de formation de la Roma, réussira à faire les mêmes choses que De Rossi et moi avons réalisés. La situation est différente et il est impossible que ce qu’il s’est passé avec nous puisse se répéter. Avant on pensait aux jeunes italiens prometteurs avant de se préoccuper des jeunes talents brésiliens, argentins, sud-américains ou de quelconque autres pays. Si cela dépendait de moi et moi seul, je dépenserais n’importe quelle somme pour m’attacher les services des meilleurs joueurs, aussi du fait que pour gagner il faut les meilleurs joueurs. Je l’ai toujours dit et le dirais toujours. Le président mettra à disposition un certain budget et avec ce budget il devra faire les bons choix pour construire une équipe solide. Il est vrai que dans ce marché des transferts des plus fous j’aurais valu  200 millions. »

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s