Lorenzo Insigne « Même Dieu lui-même a aimé être à Naples, et par Dieu je parle de Maradona »

Alors que la lutte pour le titre bat son plein, Lorenzo Insigne s’est confié aux micros de The Players Tribune. L’ailier napolitain raconte les étapes de sa vie, le fait d’avoir été rejeté par des clubs à cause de sa taille, sa motivation romantique, la fierté de sa ville et l’objectif de gagner son premier scudetto avec le Napoli. Extrait.

« Mon rêve a toujours été de jouer avec le maillot du Napoli au San Paolo. Pour moi il n’y avait aucun autre rêve. Je n’ai jamais joué à un seul autre sport. Je ne pensais à rien d’autre à part le foot. Mais comme j’ai grandi et été testé dans différentes équipes de jeunes (l’Inter, le Torino, et même le Napoli) les scouts m’ont toujours dis la même chose. En fait, ils ne me l’ont pas vraiment dit. Ils le disaient à mon père, et lui me le disait. Et c’est toujours le même verdict à chaque fois. « On l’aime bien, mais il est petit » En Italie les gens sont vraiment honnêtes comme ça. Ils m’ont tous écarté à cause de ma taille. Après que le Torino m’ait dit cela, disons simplement que je ne voulais plus jouer. J’ai dit à ma famille que j’étais inutile. J’étais trop petit »

« Technique, force, rapidité – tu peux travailler dur et progresser. Mais ta taille ? Que peux-tu faire ? Je me réveillais tous les matins en espérant avoir grandi durant la nuit, mais rien. Donc j’ai dit à mon père « C’est impossible, j’en ai marre » mais il m’a répondu « Ok, donc que vas-tu faire si tu ne joues pas au foot ? » et j’ai réfléchis à propos de ça et je me suis demandé « Oh, que vais-je bien pouvoir faire ? »  Donc j’ai continué de jouer avec l’équipe de l’école, et finalement le Napoli est venu et m’a donné une autre chance quand j’avais 15 ans. Il y avait tellement d’enfants à l’essai, tellement mais pour une quelconque raison le scout a vu quelque chose en moi et m’a choisi »

« Lorsque j’ai rejoint l’académie de jeunes, c’était juste incroyable parce que ma famille a toujours été grande supportrice du Napoli, mais on ne pouvait pas aller à beaucoup de match lorsque j’étais petit. Quand j’étais dans l’équipe des jeunes, j’ai toujours supplié d’être l’un des ramasseurs de balle pour pouvoir aller au San Paolo et être au bord du terrain. Ce sentiment d’être au stade, et ressentir cette énergie en tant que Napolitain.. il n’y a pas de mots pour décrire cela. Je me disais, merde, si je pouvais juste une fois porter le maillot Napolitain un jour, je pourrais mourir heureux. Naples est dans notre sang et je dois tout au club. Ils sont restés avec moi dans les moments compliqués. Après que j’ai effectué mes débuts en 2010, j’ai passé 2 ans en prêt à Foggia et Pescara en Serie B et C.»

Lorenzo Insigne évoque également sa détermination à être rappelé par le Napoli pour rejoindre sa compagne Jenny lorsqu’il évoluait à Pescara.

« Ses parents n’allaient pas la laisser venir avec moi, pas une seule chance au monde. J’ai eu une double motivation cette saison-là. Je devais convaincre le Napoli de me ramener, pour pouvoir vivre mon rêve de jouer pour le club, mais aussi pour être avec Jenny. Cette saison, je n’allais pas être stoppé, j’ai marqué 19 buts. »

« Cela fait 6 ans maintenant que je porte ce maillot, et j’ai toujours la même émotion quand je marque un but pour le Napoli. Cela veut dire tellement pour moi, parce que je suis tellement fier d’être de Naples, ma ville. Vous savez, j’ai entendu quelques personnes mal parler de Naples, et c’était vraiment frustrant pour moi, parce qu’ils ne connaissent pas ma ville. Pour moi c’est la meilleure ville du monde. Si tu ne me crois pas regarde mes coéquipiers. Regarde comment beaucoup de joueurs sont restés ici à la place de partir dans de plus grands clubs. Certains sont là depuis 3 ou 4 saisons, et ne veulent pas partir. Notre capitaine, Marek Hamsik, le mec est Slovaque, et il est là depuis 11 ans. Je demande à mes coéquipiers pourquoi ils veulent rester, et ils me répondent « J’aime la ville, j’aime vivre ici, j’aime les fans » donc peut-être les gens qui parlent mal de Naples, doivent se réveiller. Même Dieu lui-même a aimé être ici. Et par Dieu, je parle bien sûr de monsieur Maradona. »

« Mon seul objectif est désormais de remporter le premier scudetto avec le Napoli de ma vie. Je veux le faire pour ma ville, ma famille, mon quartier, mes amis, ma famille, mon enfant. »

« Chaque fois que je sors pour jouer au San Paolo, j’ai la chair de poule, parce que je pense à ce que cela représente pour ma famille et je pense à tout ce que mon père a sacrifié durant des années. Je ne sais pas ce qu’il a dû faire pour avoir l’argent pour mes crampons, mais c’était un combat. Ce sacrifice était le début du rêve. Et maintenant, je peux me promener sur le terrain dans ma ville natale, et j’ai toujours la chair de poule parce que je me dis : « C’est ici que le plus grand joueur du monde a joué. C’est ici que Maradona a joué. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s