Présidentielle FIGC : le point sur les candidats et leurs programmes

On connait maintenant les trois candidats qui vont s’affronter pour succéder au fantasque Carlo Tavecchio à la tête de la FICG, la fédération italienne de football. Le 29 janvier, l’assemblée de la FIGC, composée de diverse délégations, votera pour élire un nouveau président. Celui-ci aura pour responsabilité de redresser un football italien, encore traumatisé par l’élimination en barrages et qui plus que jamais a besoin d’être réformé. En quelques points je vous propose donc de jeter un coup d’œil au profil des candidats et à leurs programmes.

Damanio Tommasi

Damiano-Tommasi-Foto-Antonio-Fraioli-750x460

Qui est-il ?

Le plus jeune des trois candidats (43 ans) n’est pas inconnu des fans de football italien. Ancien milieu défensif passé par l’Hellas Verona et la Roma, avec qui il a notamment remporté le Scudetto en 2001. Il évoluait durant les deux dernières saisons avec la SP La Fiorita, basé à San Marin, se permettant même une apparition en phase de qualifications pour l’Europa League à 41 ans. Depuis le 9 mai 2011 il est aussi le président de l’Associazione Italiana Calciatori ou AIA, syndicat des joueurs de football en Italie. Fort de sa jeunesse et de son expérience de joueur professionnel il veut incarner le renouveau du football italien.

Son programme en quelques points :

  • Équipes B : Dans son programme, Tommasi dit vouloir s’inspirer du modèle Espagnol, incontestablement l’un des plus réputés, pour mettre en place des équipes B évoluant en Serie C. Cela permettrait au club de Serie A et B de faire jouer leurs joueurs de moins de 21 ou 23 ans à un niveau plus compétitif que celui du championnat Primavera et ainsi d’assurer une meilleure transition entre la formation et le monde professionnel.
  • La Licence Nationale : Sur le modèle du FPF de l’UEFA, Tommasi veut introduire une Licenza Nazionale, nécessaire pour évoluer en Serie A, B et C. Cette licence serait accordée en fonction de la santé financière des clubs afin d’assurer la pérennité du football italien.
  • Coppa Italia : sur le modèle de la FA Cup anglaise ou de la Coupe de France, Tommasi souhaite ouvrir la Coppa Italia à tous les clubs inscrits à la FIGC (aujourd’hui seuls les clubs évoluant en Serie D ou au-dessus y participent).
  • Fonctionnement de la FIGC : L’ancien milieu de la Roma veut donner une voix plus importante à la Serie A, qui ne pèse actuellement « que » 12% des voix au sein de l’Assemblée de la FIGC.

Son programme complet (en italien) : ici

Cosimo Sibila

elettive_serie_d_61.jpg

Qui est-il ?

Cosimo Sibila possède un profil complètement différent de celui de Tommasi. Fils d’Antonio Sibila, l’historique président de l’US Avellino, Cosimo s’est lui orienté d’abord vers la politique. Après divers postes au conseil régional de Campanie, il devient en 2008 sénateur de Campanie, siège qu’il occupe encore. En janvier 2017 il est élu à la tête de la Lega Nazionale Dilettanti, la ligue italienne de football qui gère toutes les compétitions amateurs dans la Botte. Il est aussi vice-président de la FIGC depuis mars 2017.

Son programme en quelques points :

  • Ligue semi-professionelle : Fin connaisseur du football amateur italien, Sibila estime que l’écart sportif, mais aussi et surtout institutionnel (staff, finances, etc) entre la Serie D (amateur) et la C (professionnelle) est trop important. Il veut donc instaurer une ligue semi-professionnelle, comme par exemple la National en France, afin de faciliter la transition entre le monde amateur et professionnel. Même s’il ne détaille pas sa mise en place, cette réforme se matérialiserait vraisemblablement par l’ajout d’une ligue entre la Serie D et C.
  • Formation : L’actuel sénateur de Campanie souhaite poursuivre la création des 200 centres régionaux, mis en place et financés par la FIGC afin de favoriser la détéction et la valorisation des jeunes talents italiens.
  • Équipes B : Tout comme ses concurrents, Sibila veut permettre aux clubs de Serie A et B d’inscrire des équipes B en Serie C afin de faciliter le développement des jeunes joueurs.
  • Globalement, Sibila est celui qui possède le programme le moins détaillé, mais comme le montre son slogan #GiochiamoDiSquadra (Jouons en équipe) il souhaite s’appuyer sur une large équipe pour mettre en place des réformes efficaces

Son programme complet (en italien) : ici

Gabriele Gravina

gravina

Qui est-il ?  

Originaire de la région des Abruzzes, Gabriele Gravina occupe de 1984 à 1996 le poste de président du club de Castel di Sangro, évoluant en division amateur. Sous sa direction, le petit club réussi l’exploit d’obtenir cinq promotions en dix ans et se hisse jusqu’en Serie B. Ensuite, Gravina occupe divers postes techniques à l’UEFA et à la FIGC. En décembre 2015 il est élu à la tête de la Lega Italiana Calcio Professionistico ou Lega Pro qui organise le championnat de Serie C.

Son programme en quelques points :

  • Serie C : Tout comme Sibila, Gravina veut introduire un championnat semi-professionnel pour faciliter le passage des clubs du statut amateur au statut pro. Mais au lieu d’ajouter un championnat comme semble vouloir le faire Sibila, il veut plus simplement changer le statut de la Serie C afin d’en faire une ligue semi-professionnelle.
  • Notation des clubs : le président de la Lega Pro souhaite introduire un système de rating pour les clubs italiens basé sur la gestion économico-sportive afin de mettre en valeur les clubs bien gérés.
  • Équipes B : tout comme ses deux autres concurrents, Gravina souhaite mettre en place des équipes bis sans pour autant préciser leur mise en place.
  • Stades : Gravina souhaite lancer le projet ‘Stadio Italia’, une vaste campagne de modernisation des stades italiens en vue d’une candidature italienne pour l’Euro 2028.
  • Réforme des ligues professionnelles : Il souhaite faire passer la Serie B à 20 clubs (actuellement à 22) pour renforcer la compétitivité du championnat et de mieux préparer les clubs à la Serie A.
  • Échanges avec l’étranger : Gravina souhaite introduire des programmes d’échange avec l’étranger dans la formation des jeunes afin de favoriser l’échange d’idées et de s’inspirer des méthodes de formation mises en place dans le reste de l’Europe.

Son programme complet (en italien) : ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s