Billet d’humeur: Conte pas d’héritage pour la Nazionale

Tout d’abord il convient de mettre les choses au clair. Antonio Conte est un très grand entraîneur, son palmarès, sa renommée, son parcours parlent pour lui et je ne me permettrais pas de remettre cela en cause. Le but de cet article est d’expliquer pourquoi Antonio Conte, ses choix, sa méthode de management, sont aussi responsable de la misère dans laquelle se trouve l’équipe nationale italienne aujourd’hui. En effet, plus d’un an et demi après son départ on peut y voir un peu plus clair sur les aspects négatifs de ses deux années à la tête de la Nazionale.

conte chiellini

Revenons donc au début de l’histoire, en 2014, à la sortie d’une Coupe du Monde pour le moins catastrophique pour l’Italie qui s’est conclue par une élimination en phases de poule et le départ de Cesare Prandelli. Antonio Conte, entraîneur de la Juve et fort de ses 3 Scudetti consécutifs est choisi pour redresser les Azzurri. Ces deux années de sélectionneur sont quasi parfaites sur le plan des résultats. Une qualification haut la main pour l’Euro 2016, premier du groupe H et invaincu en 10 matchs. Puis l’apothéose, l’Euro 2016 en France. Un Euro riche en émotions, du but de Giaccherini face à la Belgique à la victoire en huitièmes de finale face à l’Espagne. Une campagne européenne qui a fait vibrer de joie les Italiens par millions alors qu’on prédisait l’enfer à l’équipe d’Italie.

Mais de toute ces années que reste-il maintenant ? Rien. Et c’est là le problème et tout le sujet de cet article Conte n’a rien laissé en partant, aucun héritage, il n’a rien construit sur lequel un nouveau sélectionneur pourrait s’appuyer. Pendant son mandat de sélectionneur Conte n’a eu qu’une vision sur le court terme, il a bâti un groupe de guerrier destiné à faire un résultat à l’Euro sans se soucier du futur. Alors certes l’Euro fut magique mais ces choix fait par l’actuel entraîneur de Chelsea ne sont pas étrangers aux actuels problèmes de la Nazionale. Durant deux ans, Conte a mis de côté les jeunes italiens au profit de joueurs plus expérimentés. Lorenzo Insigne, vu comme le futur fer de lance de l’attaque italienne est écarté pour raison tactique et a dû se contenter de 120 petites minutes sous le maillot azzurro en deux ans avec Antonio Conte. 20 minutes pour le pourtant très performant milanais Giacomo Bonaventura ou encore une petite heure de jeu pour le prodige oriundo Franco Vazquez. De même les jeunes défenseurs Daniele Rugani ou Alessio Romagnoli, destiné à remplacer le trio vieillissant de la Juventus n’ont eu que des miettes. Jorginho, le jeune prodige du milieu de terrain n’a quasiment pas été considéré par le natif de Lecce.

Prenons le groupe de Conte à l’Euro 2016, les cadres de cette équipe italienne. Pellè est aujourd’hui enterré en Chine, Eder peine à trouver du temps de Jeu à l’Inter, Giaccherini est porté disparu à Naples, Marco Parolo n’a jamais retrouvé son niveau de l’Euro. Barzagli, De Rossi ou encore Chiellini n’ont pas rajeunis et ont tous les trois pris leur retraite internationale. En plus de ça on peut noter la présence d’un Thiago Motta en fin de carrière et totalement inutile à l’Euro mais pas de Jorginho, Angelo Ogbonna intermittent du spectacle à West Ham choisi à la place de Rugani et Romagnoli. Bref, ça ne respire pas la jeunesse.

Pour conclure, il est important de noter que la faute n’incombe bien sûr pas qu’à Antonio Conte. La FIGC a choisi pour lui succéder Giampiero Ventura, un entraîneur à la philosophie et aux méthodes complètement différentes de celles de Conte, sans donc de vraie continuité dans le choix des sélectionneurs. De plus pendant tout son mandat, Ventura, a hésité entre suivre le modèle de Conte (le 3-5-2, le duo Eder-Pellè) et imposer son propre style, ce qui bien sûr n’a pas aidé. Antonio Conte n’est pas, très loin de là, le seul coupable de la récente débâcle italienne, mais il a aussi sa part de responsabilité qu’il convient de lui accorder.

@louisdebrondeau

Un commentaire

  1. « La FIGC a choisi pour lui succéder Giampiero Ventura, un entraîneur à la philosophie et aux méthodes complètement différentes de celles de Conte, sans donc de vraie continuité dans le choix des sélectionneurs. »

    Ventura a justement été choisi par la Fédé pcq son schéma tactique est le 3-5-2 comme Conte.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s