La Roma a-t-elle pris du retard ?

Aujourd’hui 5 ème du championnat, la Roma semble moins impressionnante que lors des derniers exercices de Serie A sous le commandement de Rudi Garcia et Luciano Spalletti. L’effectif, le directeur sportif, ainsi que le coach ont changé, dans le but d’ouvrir une nouvelle page du projet Américain vierge de titre. Mais pour beaucoup, les giallorossi sont d’ores et déjà plus faibles que l’an dernier. Alors, la Roma a-t-elle pris du retard sur ses concurrents ?

di francesco

Une concurrence renforcée

 

On ne s’attardera pas sur la Juventus qui même en chamboulant quelque peu son effectif reste la grande favorite du championnat, chose normale au vue de sa domination sans égal sur la compétition ces dernières années. Là où les choses se sont corsées pour la Roma c’est le renforcement des prétendants dans la partie « 2-8 » du classement. Si le Napoli n’a pas vraiment recruté cet été, il n’a pas non plus perdu. Le 11 de départ reste le même que l’an dernier. Plus expérimentés, une cohésion renforcée et une faim de titre grandissante, les hommes de Sarri ont bien décidé de ne plus être simplement les « perdants-divertissants » du championnat. En témoigne un début de saison canon qui les propulse à la seconde place en championnat avec un total de 24 points au terme de la 9 ème journée. Les Milan ont eux également réalisés un mercato XXL, pour deux résultats bien différents à l’heure actuelle. Le Milan pointe à une fâcheuse 11 ème place, avec 3 défaites, 1 nul et 1 victoire sur les 5 derniers matchs. Si les résultats ne sont pas encore criants, les ambitions du projet Milanais sont bien réelles avec un investissement massif à l’intersaison, patience.

Sa petite soeur en revanche fait mieux qu’attendue en s’installant provisoirement en tête du championnat avec 26 points sur 30 possibles. Joueuse, solide et déterminée, l’Inter n’a encaissé que 7 buts en 10 rencontres. La patte Spalletti. La dernière concurrente, n’a pas effectuée un mercato impressionnant. Très discrets sur le marché, les Laziali ont misé sur une certaine stabilité, certainement due à une faute de moyens. Mais cela n’a pas effrayé Simone Inzaghi, au contraire. L’ex-attaquant a sublimé des joueurs comme Immobile et Luis Alberto et semble désormais avoir rendue à la Lazio un visage de redoutable équipe. Les Biancocelesti possèdent 4 points d’avance (avec un match de plus) sur la Roma. Ce facteur a donc une importance cruciale dans l’image que renvoient les Giallorossi cette année, celle d’une équipe plus faible.

Un recrutement injugeable

 

Rick Karsdorp, Patrik Schick, Hector Moreno, leur point commun ? On ne les voit pratiquement pas sur le terrain. Si ce recrutement s’apparente à un mercato typiquement « Monchiesque » il est en revanche encore impossible à dire si la Roma a eu raison d’investir sur ces hommes. Rajoutez à ça pléthore de blessures (Florenzi enfin revenu, Emerson Palmieri, ou encore Manolas) et vous obtenez une équipe amoindrie et quasi similaire à l’année dernière (excepté que Salah et Rudiger n’évoluent plus au club). C’est dans ce chaos musculaire qu’Eusebio Di Francesco doit oeuvrer pour sa première saison aux manettes d’un « Big ». Qui plus est, sur les 5 autres recrues non-infirmes, seules 2 semblent pouvoir apporter un vrai plus à cette équipe, Lorenzo Pellegrini et Aleksandar Kolarov (qui réalise des débuts tonitruants). En ce qui concerne les Frenchies Grégoire Defrel et Maxime Gonalons, ainsi que le jeune Turc, Under, ils semblent n’être au mieux que des solutions alternatives pour le Mister. Et à juste titre au vu de ce qu’ils ont montré jusqu’ici. Cependant, Rick Karsdorp devrait débuter ce mercredi face à Crotone, tandis que Patrik Schick pourrait entrer en jeu.

Vraiment moins forte ?

dzeko stats.jpg
Dzeko égalisant (2-2) face à Chelsea en Ligue des Champions. Score final (3-3)

Disons différente. Si la Roma de Spalletti semblait pouvoir gagner contre tout le monde et dégageait plus de puissance, les giallorossi made-in Di Francesco sont à l’image de leur entraîneur, encore en apprentissage et doivent encore s’adapter au départ de Salah qui fut le principal acteur de l’animation offensive l’an dernier. De plus son équipe semble un peu moins préparée aux gros chocs du championnat, en témoignent les deux défaites face à l’Inter et au Napoli. Pourtant à la clôture de la 9 ème journée et avec un match en moins, le club de la Capitale se trouve tout de même à 4 points de la Juventus, qui participe également à la Coupe d’Europe. La Roma n’a encaissé que 5 buts en 8 matchs (en 9 matchs, la Lazio en encaisse 10, la Juventus 9 et la Sampdoria 12) mais n’a inscrit « que » 15 buts (Toujours en 9 matchs la Sampdoria en inscrit 18, la Juventus 27, la Lazio 24, le Napoli 26. Tandis que l’Inter en inscrit 20 en 10 parties.) Vraiment plus faible ? En Ligue des Champions, dans un groupe compliqué la Roma déjoue pour l’instant les pronostics en s’affichant à la seconde place après trois journées, en comptant 3 points de plus que l’Atletico et avec un nul héroïque à Londres contre Chelsea (3-3) rien que ça. La Roma a donc encore les cartes en mains pour prouver qu’elle est encore là, et que malgré les ambitions grandissantes des autres, elle résistera.

 

@Hugiannini

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s